Une aventure de cinq jours qui joint le plaisir thermal de Galice à la beauté du Chemin de Saint-Jacques. Après avoir fait une étape quotidienne du Chemin français, la fatigue disparaîtra grâce aux traitements de relax dans les stations thermales.

Chaque jour, vous combinerez une étape du Chemin de Saint-Jacques à travers la Galice avec le repos et la détente dans des stations thermales, qui revivent l’âge d’or du thermalisme avec des installations wellness modernes adaptées aux exigences du XXIe siècle.

Cette proposition joint le Chemin de Saint-Jacques à la richesse thermale de la Galice, pour que le corps et l’esprit profitent au mieux des deux choses. Le Chemin français est la voie de pèlerinage à Saint-Jacques la plus connue, classée patrimoine de l’humanité par l’Unesco, itinéraire culturel européen par le Conseil de l’Europe et Prix prince d’Asturias à la concorde. Chaque jour, vous combinerez une étape du Chemin de Saint-Jacques à travers la Galice avec le repos et la détente dans des stations thermales, qui revivent l’âge d’or du thermalisme avec des installations wellness modernes adaptées aux exigences du XXIe siècle.

Pour en savoir plus... 

-Station thermale Río Pambre (Palas de Rei). www.balnearioriopambre.com 
-Auberge Los Caminantes (Arzúa). www.albergueloscaminantes.com
-Fromage Arzúa-Ulloa. www.arzua-ulloa.org 

-Station thermale de Compostelle (Brión). www.hbcompostela.com
-Cathédrale de Saint-Jacques. www.catedraldesantiago.es 

1º jour

Des eaux thermales entourées de nature à Palas de Rei

Votre point de départ sera la ville de Palas de Rei, dans la région d’A Ulloa, en plein centre géographique de la Galice. La ville est traversée par deux vois principales : la LU-231 et la N-547. Cette dernière relie Lugo et Saint-Jacques de Compostelle.

Il se peut que certaines données ne soient pas géoréférencées et ne soient donc pas visibles.

Une station thermale au bord d’une rivière
Il convient d’arriver en début d’après-midi afin de bien connaître le patrimoine de la ville, les installations de la station thermale et la cuisine de la région. C’est un lieu symbolique sur le Chemin français, c’est pourquoi il y a des hôtels, des maisons rurales, des pensions, des auberges et l’hôtel station thermale Río Pambre, catégorie trois étoiles, qui accueille la station thermale de l’endroit.

 

Vous trouverez la bifurcation bien signalisée sur la N-547. Dès votre arrivée vous apprécierez l’architecture traditionnelle de la zone. L’édifice principal de la station thermale est en pierre, bois et ardoise. Le style des deux autres, plus petits, imite les ‘pallozas’ (huttes d’origine celte), circulaires et au toit de paille. L’ensemble, dressé sur un flanc de la rivière Pambre, est entouré de jardin et de zones de promenade, dans un environnement de forêt autochtone et avec l’eau cristalline de la rivière au fond.

Visite au château de Pambre
Des installations, on voit le château de Pambre. D’ici, vous pouvez prendre de bonnes photos de sa grande tour carrée de trois étages, flanquée de quatre autres tours moins hautes, toutes crénelées en pointe ou en triangle et reliées par des remparts. Cette forteresse, icône de l’architecture militaire médiévale de Galice et l’une des rares à avoir survécu aux révolutions Irmandiñas, des révoltes paysannes contre le pouvoir seigneurial qui ont eu lieu au XVe siècle, mérite une visite. Vous pouvez y aller à pied de la station thermale, à l’ombre d’arbres centenaires.

Un parcours thermal avant le dîner
Après la visite, nous vous recommandons de retourner à la station thermale et de faire un parcours thermal dans l’eau sulfurée, fluorée et bicarbonatée, indiqué pour améliorer les fonctions des appareils locomoteur et respiratoire et très conseillé pour affronter la première étape du Chemin le lendemain. Ensuite, vous pourrez vous reposer en contemplant les vues sur la forêt et la rivière en attendant le dîner.


Le roi de la gastronomie locale, c’est le fromage avec appellation d’origine Arzúa-Ulloa. Un plateau comprenant du fromage affiné et du fromage fermier, plus frais et crémeux, peut être une entrée idéale avant une bonne viande de cette région bétaillère.

 

2º jour

Le Chemin entre Palas de Rei et Arzúa

En Galice il y a des agences de voyages qui peuvent organiser les déplacements entre les hébergements et les stations thermales à chaque début et fin d’étape, se charger du transport de vos bagages et vous procurer un véhicule d’appui tout au long du parcours. Nous vous recommandons de faire appel à ces agences ou d’organiser cela par vous-même à travers un service de taxi ou de location de véhicules.

Il se peut que certaines données ne soient pas géoréférencées et ne soient donc pas visibles.

Pour commencer une étape du Chemin, il faut se lever tôt. Mais ce sera plus facile grâce à un bon petit déjeuner. Au cours de cette journée vous ferez l’étape du Chemin français entre Palas de Rei et Arzúa. Un véhicule vous conduira jusqu’à San Xulián do Camiño, où vous commencerez la marche à côté de l’église romane et de la croix. Jusqu’à Melide, le parcours n’est pas facile, mais sa beauté mérite l’effort.

Un grenier circulaire avec le toit en paille
Entre Ponte Campaña et Casanova vous serez surpris par la traversée d’une forêt étonnante dont les arbres possèdent des branches tordues qui semblent sortir tout droit de l’imagination de Tolkien. Le village de Leboreiro est la première paroisse de l’étape appartenant à la province de La Coruña, un lieu remarquable sur le Chemin grâce à son cabazo, un grenier circulaire semblable à une grande corbeille tressée avec un toit en paille. Avec l’église romane de Santa María, c’est le décor parfait pour immortaliser à l’aide d’une photo votre passage par ici. L’antichambre de Melide, c’est le pont médiéval de Furelos, considéré comme un joyau de l’architecture civile du Chemin.

À Melide, du poulpe ‘á feira’ et les friandises typiques
À Melide, vous devez vous rendre à la belle place pavée d’O Convento, centre de la vieille ville, où se trouvent l’ancien hôpital de pèlerins, le couvent de Sancti Spiritus et un ‘pazo’ du XVIIIe siècle qui est le siège de la mairie.

Si vous avez un bon odorat, vous sentirez dans les rues les arômes provenant des pâtisseries traditionnelles, qui font des ‘melindres’, des ricos et des ‘almendrados’. Mais réservez ces friandises pour le dessert. Avant cela, vous ne pouvez pas renoncer à la coutume de prendre du poulpe ‘á feira’, connu pour être le meilleur de Galice.

Visite d’une belle auberge à Arzúa
Vous quittez Melide par la ‘rúa Principal’ dans le but de compléter l’étape jusqu’à Arzúa. C’est un tronçon facile et en bon état, qui intercale des sentiers et de petites routes entre les localités. Par moments, vous aurez l’impression de vous trouver dans une carte postale, par exemple après avoir traversé Carballal, où le paysage est semé d’eucalyptus, d’espèces à feuille caduque et de prés jusqu’à la traversée pavée de la rivière Catasol.


À Ribadiso, nous vous suggérons de visiter l’une des auberges les plus belles du Chemin français. C’est un ensemble de petites maisons réhabilitées et un grand jardin avec un escalier qui descend vers la rivière, où vous pourrez vous baigner en été.

À Arzúa le véhicule peut vous ramasser à l’endroit convenu pour vous ramener à la station thermale de Palas de Rei, où nous vous suggérons d’accompagner le traitement thermal avec un massage qui vous renouvellera avant le dîner et vous assurera un bon repos.

 

3º jour

Le Chemin, d’Arzúa à Arca

Après le petit déjeuner, vous vous déplacerez en voiture jusqu’au début de l’étape à Arzúa, dans le but d’atteindre la localité d’Arca, située dans la commune d’O Pino.

Il se peut que certaines données ne soient pas géoréférencées et ne soient donc pas visibles.

La plus grande partie du chemin passe par cette commune, avec de nombreux tronçons entre prés, bois d’eucalyptus et champs de maïs autour de petits hameaux comme A Calzada, Ferreiros, A Salceda, A Brea ou Santa Irene. Ici, vous pourrez aller voir sa jolie chapelle dédiée à la sainte portugaise, à côté d’une fontaine d’eau curative entourée d’un bois touffu.

Après le hameau d’A Rúa, vous arriverez à Arca, la capitale d’O Pino, à l’heure de déjeuner. Les tavernes et les restaurants proposent des produits de la région, comme la poule piñeira, une race autochtone dont le goût se trouve entre le poulet de basse-cour et le gibier à plume, et qui est parfaite en ragoût, sautée et au four.

Détente après la marche dans la station thermale de Compostela, à Brión
Après le repas, vous aurez sûrement envie d’un après-midi de détente et de repos. L’une des stations thermales les plus proches se trouve à O Tremo, dans la commune de Brión. On y arrive en une demi-heure en voiture par la N-634, puis l’AP-9 pour contourner Saint-Jacques et, enfin, l’AG-56 en direction de Noia.
La station thermale se trouve dans les installations de l’Hôtel-station thermale de Compostela, construites sur la vieille source de Nuestra Señora de los Ángeles. Le parcours thermal comprend un circuit indiqué pour améliorer la circulation dans les jambes, ce qui peut fortement vous soulager après la marche. Vous pourrez également demander un massage ou un traitement spécifique.


Ensuite, une petite sieste servira à vous remettre entièrement de l’effort réalisé. En dehors de l’hôtel, il y a sur la zone des établissements ruraux de bonne qualité pour vous héberger. Pour dîner, vous pouvez rester à l’hôtel ou bien essayer l’un des restaurants ou des bars de la localité toute proche de Bertamiráns.

4º jour

Le Chemin, d’O Pino à Saint-Jacques

Après le petit déjeuner, vous ferez le déplacement en voiture jusqu’à l’aubergue de Pedrouzo, dans la commune d’O Pino, point de départ de la dernière étape du Chemin français de Compostelle.

Il se peut que certaines données ne soient pas géoréférencées et ne soient donc pas visibles.

Après le village, un sentier couvert de feuilles mortes vous introduit dans une forêt d’eucalyptus jusqu’au hameau de Santo Antón, d’où vous remonterez jusqu’à Saint-Jacques à travers une autre forêt de pins et d’eucalyptus replantés et bien alignés, avec quelques chênes.

Après le dernier hameau d’O Pino, un monolithe sculpté avec le bourdon, la courge et la coquille Saint-Jacques vous annonce l’entrée à la commune de Saint-Jacques. Après avoir contourné le périmètre de l’aéroport, vous commencerez la descente vers A Lavacolla, où vous traverserez la rivière Sionlla. Jadis, les pèlerins se déshabillaient ici et se lavaient avant d’arriver à la ville de l’apôtre.

Jadis, les pèlerins
se
lavaient dans la rivière Sionlla

avant d’arriver à Saint-Jacques

Du Monte do Gozo on voit les tours de la cathédrale pour la première fois
Vous êtes près du Monte do Gozo, une hauteur où les tours de la cathédrale de Saint-Jacques se montrent aux pèlerins émus pour la première fois sur le Chemin. En raison du Xacobeo 93, l’endroit à été reconverti en une zone avec tous les services pour les pèlerins.

Il y a un grand hébergement, des restaurants, des hôtels, des bars, une chapelle et une fontaine. Ce sera le lieu indiqué pour vous reposer, manger et partager avec des dizaines de pèlerins vos sensations et vos expériences sur le Chemin. Une dernière photo avec le monument au pèlerin qui se dresse au sommet du promontoire sera un agréable souvenir.
Avec l’émotion et l’image de la cathédrale dans la mémoire, nous vous conseillons de retourner à la station thermale et de profiter du reste de l’après-midi dans ses espaces thermo-ludiques ou pour un traitement d’hydrothérapie ou mésothérapie, suivi d’une petite sieste avant de dîner.

 

5º jour

Le dernier tronçon du Chemin français de Saint-Jacques

Traversée de rues et places pleines de charme
Après le petit déjeuner, nous vous conseillons de réserver la matinée au tronçon urbain du Chemin français de Saint-Jacques, qui commence dans la rúa de San Lázaro, et continue par les rues d’O Valiño, As Fontiñas et Os Concheiros, qui rejoint la rúa de San Pedro.

Il se peut que certaines données ne soient pas géoréférencées et ne soient donc pas visibles.

Cette rue a un véritable aspect médiéval, par ses maisons basses en pierre obscurcie par le temps et la pluie. Cependant, vous la verrez toujours gaie et pleine de vie, animée par un commerce très actif et de qualité, où ressortent les magasins d’artisanat, les cafétérias et où les bars et les tavernes de toujours partagent l’espace avec les propositions les plus modernes du monde de la restauration.

Ensuite, vous traversez la porte do Camiño, passage qui conserve encore le nom de l’une des portes de la muraille médiévale qui entourait Saint-Jacques et aujourd’hui disparue. Remontez la rue das Casas Reais, où vous verrez des maisons avec des blasons et l’église d'As Ánimas. Regardez bien le bas-relief sur la façade, qui représente une image expressive des âmes du purgatoire en flammes.

Vous atteindrez la place de Cervantes, qui grouille de gens car c’est là que débouche l’une des rues commerciales les plus actives de la vieille ville, O Preguntoiro. Descendez ensuite par la rue da Acibechería, qui doit son nom aux artisans qui taillaient le jais. De nos jours, on peut voir encore de belles pièces de cette pierre dans les vitrines. Plus loin, à droite, se dressent le monastère de San Martiño Pinario et la place da Inmaculada, qui montre la façade nord de la cathédrale, à gauche.

Compostelle conserve encore

de nombreux magasins

dédiés au jais

La descente magique des escaliers sous l’arc du Pazo de Xelmírez, généralement accompagné de la musique que jouent les artistes qui cherchent ici un refuge, est l’étape préalable à la place o Obradoiro. Et enfin, devant vos yeux se dresse, comme si elle était suspendue dans le ciel, la magnifique façade baroque de la cathédrale de Saint-Jacques. À ce moment-là, l’émotion, sans doute partagée par des dizaines de pèlerins, sera difficile à décrire.

La messe du pèlerin a lieu à midi
Vous arriverez à temps pour assister, dans la cathédrale, à la messe du pèlerin, qui a lieu tous les jours à midi. Si cela coïncide avec une date liturgique signalée, le merveilleux spectacle de voir voler le botafumeiro, un encensoir géant, sera un souvenir inoubliable. Vous pourrez également donner la traditionnelle accolade à l’apôtre, en montant à la niche du maître autel et voir les reliques dans la crypte située sous ce dernier.

La meilleure cuisine galicienne concentrée dans la rue do Franco
Votre dernier jour à Saint-Jacques peut terminer en dégustant les plats de la cuisine galicienne. Dans la rue do Franco, vous trouverez une synthèse des meilleures viandes, fruits de mer et poissons, qui sont exposés dans des vitrines réfrigérées aux portes des restaurants. Vous pourrez commander un plat ou, selon la coutume locale, un choix de petits plats variés, ce qui permet de connaître des saveurs et des préparations diverses.

Arriba