Fidalguía en rosa pau...

Au château de Soutomaior, les camélias se mélangent avec les roses. Un arôme et une couleur qui devraient figurer aujourd'hui sur les armoiries de la maison, en contraste avec l'histoire de la féroce forteresse médiévale qu'il fut autrefois.

À Soutomaior habita Pedro Madruga, un féroce seigneur féodal, capable de mettre en cage l'évêque Don Diego de Muros et de le promener dans toute le région, certainement sous les railleries. À cette époque, à Soutomaior, il n'y avait pas de camélias. Il y avait sans doute des châtaigniers et peut-être aussi quelques vignes.

Bien plus tard, arrivèrent les orangers, les eucalyptus et les palmiers. Et, naturellement, les camélias. Camélias qui se distribuèrent tout d'abord en petits groupes dans le parc, puis s'enroulèrent comme des guirlandes de couleur autour de la colline. Des camélias blancs, limpides, comme des gâteaux à la crème chantilly dans un panier. Grands, ouverts comme des dahlias. Jaunes, rouges... Et roses, bien entendu, dans toutes les nuances et toutes les tailles.

Le rose est également, et dans ce cas le rose pâle, la couleur inexorable des camélias lorsqu'ils meurent. Avec leurs pétales d'un doré sombre, presque ocres, on élabore les célèbres tapis de fleurs qui couvrent d'arabesques complexes les rues de nombreuses villes galiciennes lors des processions du Viatique ou du Fête-Dieu. Peut-être en dédommagement.

Renseignements visites:
+34 986 804 100

Autres liens...

DOCUMENTS ASSOCIÉS...

Arriba