Orense est la ville de l'eau. Huit ponts y croisent le fleuve Miño, qui était une mine d'or aux temps des Romains. Aujourd'hui, à défaut de l'or qui a disparu, on y trouve des eaux très précieuses : les eaux thermales.

Elles sont omniprésentes dans la ville et beaucoup sont gratuites, comme les thermes d'A Chavasqueira au bord du fleuve, où vous pourrez prendre un bain zen. L'eau jaillit à 65 ºC en plein centre, dans la source d' As Burgas, l'un des symboles de la ville avec le Saint Christ et le pont romain.

Il se peut que certaines données ne soient pas géoréférencées et ne soient donc pas visibles.

Mais Orense possède également une originale place principale inclinée, la Praza Maior ainsi qu'une vieille ville aux nombreuses églises et chapelles. Le Pórtico del Paraíso, le portique du paradis de la cathédrale conserve encore sa polychromie originale du XIIIe s.

Et dans la chapelle de San Cosme et San Damián, les visiteurs peuvent observer une curiosité méconnue : tout au long de l'année, on y expose la crèche la plus surprenante que vous ayez jamais vue. Et si vous voulez de l'animation, ne vous faites pas de soucis. S'il existe une chose que les habitants d'Ourense aiment, c'est sortir.

Incontournable

Le visiteur d'Ourense doit plonger dans l'essence de la ville, dans l'élément qui est à l'origine de sa fondation, les eaux thermales.

La zone thermale d'A Chavasqueira–Outariz est l'opportunité parfaite pour jouir et profiter des bienfaits des eaux minérales et médicinales chaudes qui jaillissent des différentes Burgas, les sources d'eau chaude galiciennes qui se trouvent dans les environs de la ville. Pour cela, il est possible de parcourir la promenade thermale, le Paseo Termal, sur la rive droite du fleuve Miño, en partant du Campo da Feira pour terminer à Outariz.

Quatre stations thermales se trouvent sur ce chemin de trois kilomètres. La première est A Chavasqueira, avec des piscines d'eau chaude minérale médicinale (source à 41 ºC), d'usage public, et le complexe privé d'inspiration japonaise des thermes de la Chavasqueira. À cinquante mètres se situe la source d'eaux thermales d'O Tinteiro, aux bonnes propriétés pour les problèmes dermatologiques, qui jaillit à 43 ºC. En suivant le sentier réalisé par la mairie, à deux kilomètres d'O Tinteiro, on trouve la Burga do Muíño das Veigas (la température de l'eau à la source varie de 65 à 72 ºC), qui compte quatre piscines thermales publiques. Le parcours thermal se termine à Outariz où l'on trouve quatre piscines ressemblant beaucoup à celles d'A Chavasqueira, avec une eau de 61 ºC à la source, conseillée pour les maladies rhumatismales et arthritiques.

Le chemin possède un environnement de rêve, sur les rives du fleuve Miño aménagées et d'une grande valeur naturelle. Cet ensemble est ouvert toute l'année, avec des piscines publiques et des zones privées.

Parcours recommandé

Dans les environs de la Praza Maior...

Nous débutons notre parcours dans la ville d'Orense par son meilleur symbole, les Burgas, sources d'eaux thermales qui jaillissent à 67 ºC, lesquelles ont permis aux premiers hommes de s'installer dans ce lieu. Nous empruntons la Calle Barreira et arrivons à la Praza Maior, centre de l'ancienne ville, où l'on trouve la Casa Consistorial et le musée archéologique (connu également sous le nom Pazo do Bispo). Nous nous trouvons dans une zone très médiévale, avec un environnement nous invitant à voyager dans le temps. Nous traversons un perron situé sur l'un des côtés pour arriver à l' l'église Santa María Madre, dont le portail possède encore des colonnes du VIe s., vestiges de la cathédrale d'origine suève datant de l'époque où Orense était la capitale du royaume germanique. Nous traversons la praza da Magdalena en admirant son joli calvaire et poursuivons sur celle du Trigo, où le blé était vendu dans des temps reculés. Celle-ci est entourée d'arcades et de maisons nobles, et ornée en son centre de la Fonte Nova la nouvelle fontaine. Elle se prolonge sur la Plaza de Damas, l'ancienne cour des orangers de la cathédrale.

La cathédrale...

Nous arrivons donc à la cathédrale, un temple roman qui offre une transition vers le gothique, et qui a des airs de forteresse. Il convient de s'arrêter pour réaliser une visite détaillée, notamment de la chapelle principale, la chapelle du Santo Cristo, la coupole, le Pórtico do Paraíso ou portique du paradis, clairement influencé par l'école de Compostelle du maître Mateo, et le cloître (connu sous le nom de Claustra Nova), dans lequel se trouve le musée de la cathédrale.Le temple, avec son clair-obscur, ses nombreuses chapelles et ambiances dégage une atmosphère et un univers vraiment magiques.

Église Santa Eufemia...

Nous poursuivons notre chemin en contournant la partie arrière du temple que nous venons de visiter et prenons les Calles Juan de Austria et Coronel Ceano pour arriver à l' église Santa Eufemia, et à sa façade concave réussie, dans le style baroque de Compostelle. Le lieu dans lequel nous nous trouvons est idéal pour faire une petite pause, puisque c'est la zone des vins la plus traditionnelle de la ville ; elle compte également plusieurs cafés culturels. C'est un lieu animé, vivant et particulièrement joli au crépuscule et dès les premières heures de la nuit.

Du Pazo Oca-Valladares à Alameda...

Nous reprenons notre route par la Calle Lamas Carvajal et passons devant le Pazo Oca-Valladares, manoir de la Renaissance du XVIe s., siège de l'association culturelle Liceo de Ourense. Une autorisation est nécessaire pour visiter son patio à colonnes et la belle fontaine qui se trouve au milieu. Après avoir longé le bâtiment, nous tournons à droite sur l'Avenida de Pontevedra et arrivons à l' Alameda, qui est fermée par de magnifiques exemplaires d'édifices modernistes. À côté de l'Alameda se trouve le traditionnel Mercado de Abastos, marché que nous pouvons visiter pour nous plonger dans la vie locale la plus traditionnelle.

En direction du fleuve Miño...

Nous prenons ensuite la direction du fleuve Miño en suivant la Calle del Progreso qui nous permet de contempler la transition entre la vieille ville et la première extension de la ville. Nous pouvons nous arrêter au Centro Cultural Diputación, le centre culturel du conseil général, et visiter le musée du train, puis continuer dans la même rue jusqu'à la chapelle Nosa Señora dos Remedios, de la Renaissance bien que très rénovée, qui est très proche du cours du fleuve. Arrivés là, nous pouvons descendre jusqu'à la rive et suivre le chemin par les sentiers, qui ont récemment été aménagés pour rejoindre le Ponte do Milenio, en marchant. Nous montons sur le pont, de 22 mètres de haut, en empruntant les passerelles piétonnes, ce qui nous permet d'avoir un fantastique panorama sur le fleuve et la ville. Le pont nous permet de traverser la rivière et de nous arrêter à côté de l'ancien emplacement de la feria, aux Pozas da Chavasqueira, ensemble de sources thermales connues sous le nom de Baños do Bispo, les bains de l'évêque. Ils ont été aménagés sous forme de piscines découvertes à l'entrée gratuite, dans un environnement d'espaces verts très paisible. Après la visite, nous faisons demi-tour en empruntant la rive droite du fleuve, par la zone d'O Ribeiriño, jusqu'à arriver au Ponte Vella ou Maior, pont d'origine romaine quoique généreusement rénové aux XIIIe et XVIIIe s. Nous le traversons et en passant par les jardins de San Juan Bosco et la Calle Concello, nous arrivons au Parc de San Lázaro, le poumon de la nouvelle zone urbaine où il est possible de visiter aux environs l'église gothique San Francisco, déplacée pierre par pierre depuis son emplacement d'origine dans la partie haute de la ville (nous la visiterons par la suite)..

À travers la vieille ville...

Nous continuons notre promenade par la Calle de Santo Domingo et visitons l'église du même nom, qui vaut le détour pour ses retables baroques et ses peintures de très belle facture. Nous arrivons ensuite sur la Praza do Ferro, l'une des images les plus typiques de la ville malgré sa petite taille. En revenant dans la vieille ville que l'on traverse, nous suivons les Calles Viriato, Pizarro et Correxidor pour ensuite monter une série d'escaliers par l'Estrela jusqu'au couvent San Francisco, lieu où se trouvait initialement l'église que nous avons visitée plus tôt à San Lázaro. Un exceptionnel cloître gothique y est conservé, ainsi qu'un cimetière, déclaré bien d'intérêt culturel en 2000, et dans lequel il faut se promener. Nous nous dirigeons ensuite vers le tronçon final de notre parcours, en prenant les Calles Monte Pena Trevinca, Monte Seixo et Cabeza de Manzaneda pour arriver sur la praza de San Cosme e San Damián où se trouvent l'ermitage et l'ancien hôpital annexe, tous deux plateresques. Nous continuons par la Calle Julio Prieto Nespereira jusqu'aux jardins d'O Posío, de grande tradition. Nous prenons ensuite la Calle Padre Feijoo où se trouve l' église Santísima Trinidad, de transition romano-gothique ; celle-ci est dotée de tours qui lui donnent une allure marquée de forteresse. Nous finissons ici notre route, à côté du lieu où nous l'avons commencé, les fontaines d'As Burgas.

Où manger

À l'heure de se mettre à table, Orense symbolise la cuisine de l'arrière-pays galicien, qui met principalement en valeur les viandes et les poissons d'eau douce. Elle est connue pour la viande ao caldeiro, veau cuit à la casserole accompagné de pommes de terre (naturellement d' Limia, qui accompagnent la majorité des plats), d'ail, de poivron et d'huile.

Les parties du porc les plus cuisinées sont l'oreille et la tête (cacheira ou cachucha). Au niveau des boissons, Orense se situant à la limite orientale du Ribeiro, c'est l'exceptionnel vin de cette région qui règne sur les tables de la ville, accompagné par ceux des autres appellations d'origine présentes dans la province Valdeorras, Ribeira Sacra et Monterrei.

La ville dispose de nombreux lieux permettant de déguster ces mets, encore que la zone possédant la plus grande densité de restaurants soit celle qui se trouve entre la vieille ville et les nouveaux quartiers (Calles Progreso, Paseo, Quiroga Palacios, Capitán Eloy, Buenos Aires, parc San Lázaro, etc.). Dans les environs de la ville, manger de l'anguille est très typique, quelle que soit la façon dont celle-ci est préparée (frite, en tourte, etc.).

À ne pas manquer

  • FÊTE DE « OS MAIOS »
    Le 3 mai. Fête ancestrale d'origine préromaine célébrant l'arrivée du printemps, déclarée d'intérêt touristique en Galice. Des cônes en bois sont réalisés, recouverts de mousse et décorés de fleurs, guirlandes, oranges, œufs, etc. Les personnes se regroupent autour de ces cônes pour chanter des chansons populaires satiriques traitant aussi bien des coutumes que des événements survenus au cours de l'année.
  • FÊTES D'ORENSE
    Au mois de juin, elles commencent le jour de la Fête-Dieu, qui est très populaire. Une multitude d'animations comme la descente du Miño en canoë, la bataille de fleurs, des concerts, des défilés, etc.
  • FESTIVAL INTERNATIONAL DE CINÉMA
    Festival de cinéma indépendant implanté depuis 1996. C'est le plus important de Galice. Il a été désigné pour organiser le concours officiel des villes de l'Axe atlantique. Celui-ci a lieu en novembre.
  • FÊTE DE « OS MAGOSTOS »
    Le 11 novembre, à l'occasion des festivités de San Martín, on organise le traditionnel magosto d'origine ancestrale, en mettant les marrons chauds au centre de toutes les attentions. Fête très fréquentée dans le parc de l'Alameda do Concello.
  • CARNAVAL
    Fête très enracinée et populaire, tout comme dans une grande partie de la province. Le dimanche du carnaval, un défilé de chars est organisé, ce qui est l'occasion de se déguiser. Elle se termine le mercredi des cendres par l'enterrement de la sardine.

 

Xunta de Galicia

© 2016 Turismo de Galicia | Tous droits réservés
Politique de confidentialité | Contact | Pour y accéder

Galicia
Arriba