Turgalicia Turismo de Galicia

Xunta de Galicia

Plus de récits...

  • Marta Pomati...

    Marta Pomati...

    « Cette fois, je marche seule et je ne me sens pas bien physiquement. C'est pour cette raison que j'ai beaucoup de mal à faire le Chemin... »

  • Roger Dubief et Lucie

    Roger Dubief et Lucie...

    « Le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle est une expérience particulière par rapport à ce que nous sommes, non par rapport à ce que nous faisons dans la vie...»

  • David Kurten

    David Kurten...

    "Lorsque je marche pendant quatre ou cinq jours, uniquement avec mon sac sur le dos, je ressens la paix et le silence de la nature..."

  • Gabriela Ayestarán, Pilar Miranda et Andrea Torroba

    Gabriela Ayestarán, Pilar Miranda et Andrea Torroba

    "“Sur le Chemin, tu apprends beaucoup et cela te permet de prendre de la distance par rapport à la vie de tous les jours. L'ambiance est incroyable..."

  • Darvy Scott

    Darvy Scott

    “En faisant le chemin de Compostelle, j'ai trouvé une paix intérieure qui rejaillit vers l'extérieur. Je me rendais compte que j'étais totalement en accord avec ce que j'étais en train de faire...”

  • Adela González, Fernando Piedrafita et Fernandito

    Adela González, Fernando Piedrafita et Fernandito

    “Quand tu arrives à Saint-Jacques-de-Compostelle, tu es heureux d'y être parvenu, mais en même temps tu te sens triste d'avoir terminé...”

  • Carlos Calafell Brucart et Carlos

    Carlos Calafell Brucart et Carlos

    "La première fois que je l'ai fait, je me suis rendu compte de ce qu'une personne est capable de faire en s'efforçant..."

  • Joaquín Ibáñez

    Joaquín Ibáñez

    “J'ai 60 ans, la fatigue laisse des traces et je souffre des pieds. Je suis aussi peut-être un peu inconstant, c'est pourquoi je me propose toujours de terminer le chemin de Compostelle. C'est mon défi personnel...”

  • Lidia Cuasés et Antonia Campos

    Lidia Cuasés et Antonia Campos

    "Antonia m'a entraînée, la curiosité m'a piquée et je suis venue voir. Mon intention, c'est de méditer, mais ce n'est pas facile..."

  • Lola et Javier

    Lola et Javier

    “Cette fois, ça a été l'occasion de mieux connaître Lola. Vivre une expérience non pas limite, mais assez dure..."

  • David Domínguez

    David Domínguez

    “« Il y a des moments très durs aussi. L'année dernière, j'ai eu trois fois des problèmes avec mon vélo et j'étais sur le point d'abandonner..."

  • Marie Danielle et Marie Pierre

    Marie Danielle et Marie Pierre

    "C'est une expérience de simplicité et de joie, la communion avec la nature et avec tous les visages ou les êtres qui vivent dans mon cœur...”

Chemin de Saint-Jacques...

L'Arrivée à Saint-Jacques-de-Compostelle

De nos jours, lorsque le voyageur, pèlerin ou touriste arrive à Compostelle et lève les yeux vers la façade de l'Obradoiro, il ne peut que dire « Cela valait la peine ». Jamais une phrase aussi simple n'a eu autant de sens. La ville de Saint-Jacques de Compostelle offre un ensemble de monuments inégalable. Ses monastères, ses temples, ses palais, ses vieilles rues et ses constructions typiques, unis à leur dimension spirituelle et culturelle, lui ont valu d'être inscrite au patrimoine de l'humanité.

Ampliar

L'histoire de Saint-Jacques-de-Compostelle commence au début du IXe siècle, lorsque l'évêque d'Iria, Théodomire, confirme la découverte de la sépulture de l'apôtre saint Jacques dans un hameau du nom de San Fiz de Solovio, qui deviendra la ville de Compostelle. La nouvelle de la découverte se répand rapidement dans tout l'empire chrétien, qui est menacé par les invasions islamiques. Une grande basilique est construite sur la sépulture de l'apôtre et commence alors un flux continu de voyageurs et pèlerins entre Saint-Jacques-de-Compostelle et le reste de l'Europe. Outre la foi, la culture, le commerce et la politique en font également un centre d'échange.

Quatre magnifiques places s'étendent devant les quatre portes de la basilique. La principale a reçu le nom d'Obradoiro, car durant presque dix ans, de 1738 à 1747, « l'obradoiro » (atelier) où furent taillées et travaillées les pierres qui constituent la façade baroque se trouvait à cet endroit. Cette façade baroque, réalisée par l'architecte galicien Fernando de Casas e Novoa, remplaçait la façade romane d'origine. Les tours s'élèvent à 74 mètres de haut. Juste à côté se trouve le Palais de Gelmírez, construit au XIIe siècle, en même temps que la cathédrale, origiairement de style roman. La résidence des chanoines, située sur le côté opposé, abrite aujourd'hui le Musée de la Cathédrale (Museo Catedralicio).

Trois autres bâtiments d'époques et de styles différents ferment la place : le Colegio de San Xerome, fondé par l'évêque Fonseca, avec une façade de style roman ogival ; le palais de Raxoi, de style néoclassique construit au XVIIIe siècle, était à l'origine un séminaire pour confesseurs, la résidence des enfants de chœur de la cathédrale et le consistoire de la ville ; et finalement l'Hospital Real, l'hôpital royal, une commande des rois catholiques destinée à accueillir les pèlerins et les malades, est un très bel exemple du style plateresque, peu fréquent en Galice, et actuellement transformé en Parador de Turismo.

La place de l'Acibechería est la première place que le voyageur traverse en entrant dans Saint-Jacques-de-Compostelle par le chemin français. Sur cette place, la façade de la cathédrale était connue sous le nom de Puerta del Paraíso (porte du paradis), mais au XVIIIe siècle, elle a été remplacée par l'actuelle, de style néoclassique, et a reçu le nom d'Acibechería. L'art de l'azabachería (travail du jais), étroitement lié au pèlerinage, s'est répandu à Saint-Jacques-de-Compostelle à partir du XVe siècle. Les ateliers et les points de vente se trouvaient sur cette place.

Sur le côté opposé, la porte du bras méridional du transept conserve encore la riche iconographie romane de l'époque glorieuse de Compostelle. C'est la porte des Praterías. À côté s'élève la tour de l'horloge, (Torre del Reloj), ou la « Berenguela », de style baroque, tout comme les autres bâtiments qui entourent cette place. Derrière la cathédrale s'étend la grande place de la Quintana. La porte sainte, (Puerta Santa), qui donne sur cette place, s'ouvre uniquement l'Année sainte compostellane, le jour de la fête de l'apôtre, le 25 juillet, qui coïncide avec un dimanche.

Les bâtiments, les tours et les façades qui ont été ajoutés au fil des siècles dissimulent la grande cathédrale romane, dont la construction a débuté en 1075 sur ordre de l'évêque Diego Peláez. Le portique de la Gloire, (Pórtico de la Gloria), avec ses deux cents figures merveilleusement taillées, constitue l'une des œuvres les plus précieuses de l'art roman universel. La nef est un modèle d'harmonie, de sobriété et de grandeur. Dans le transept, nous pouvons contempler un spectacle insolite, un gigantesque encensoir, le « Botafumeiro », mesurant un mètre et demi de hauteur et pesant cinquante kilos. Il oscille d'une extrémité à l'autre du transept lors des grandes solennités. La cérémonie de l'encensoir est aussi ancienne que la cathédrale elle-même et est décrite dans le Guide du pèlerin d'Aymeric Picaud écrit au XIIe siècle. Dans le prolongement de la nef, outre un très beau déambulatoire sur lequel s'ouvrent dix chapelles absidiales, un autel baroque coloré entoure la statue romane de l'apôtre, à laquelle les pèlerins donnent l'accolade rituelle. Sous l'autel se trouve la crypte avec son arche, où est conservée la dépouille de saint Jacques.

Avant de visiter l'attachant et séduisant centre urbain qui entoure la cathédrale, avec ses monuments religieux et civils, nous passerons prendre la Compostela , document en latin certifiant votre pèlerinage. Il est attribué uniquement aux personnes pouvant présenter des documents prouvant qu'elles sont arrivées à Saint-Jacques-de-Compostelle pour des motifs religieux ou spirituels, à pied ou à cheval en parcourant plus de 100 kilomètres ou plus de 200 lorsqu'elles sont venues à vélo. Il vous sera remis à la Casa do Deán, 1, Rúa do Vilar, bâtiment de style baroque qui accueille également les pèlerins.

Partagez-moi sur...

Mon voyage

A miña viaxe

Préparation du voyage en cours...

Rassemblez toutes les informations pour organiser votre voyage : musées, monuments, lieux intéressants, logements, restaurants...

Une fois les informations réunies, vous pourrez visualiser votre projet de voyage sur un plan, enregistrer des informations au format PDF ou exporter les lieux sélectionnés sur un GPS

Pendant le voyage...

Vous êtes déjà en Galice en quelque sorte. Ici, vous pourrez consulter votre projet de voyage, enregistrer des informations au format PDF ou exporter les lieux sélectionnés sur un GPS

Si vous possédez un téléphone avec GPS, vous pourrez voir où vous vous trouvez sur la carte.

Après le voyage

Une fois revenu de votre voyage, vous pourrez donner votre avis sur ce que vous avez visité, et indiquer ce que vous n'avez pas pu voir, pour vous en souvenir la prochaine fois !

Entrer
Xunta de Galicia Turismo de Galicia

© 2013 Turismo de Galicia | Tous droits réservés
Politique de confidentialité | Contact | Pour y accéder

Jusqu'à