La géodestination Ribeira Sacra regroupe les communes d'A Peroxa, A Pobra de Brollón, A Teixeira, Bóveda, Carballedo, Castro Caldelas, Chantada, Esgos, Monforte de Lemos, Montederramo, Nogueira de Ramuín, O Saviñao, Pantón, Parada de Sil, Paradela, Portomarín, Quiroga, Ribas de Sil, Sober, Taboada et Xunqueira de Espadanedo.

Les eaux du Sil et du Miño, qui transforment Ourense et Lugo en un royaume unique, viennent à la rencontre l'une de l'autre pour créer un milieu divin, la Ribeira Sacra, un véritable don du ciel, avec d'immenses espaces comme les cañones del Sil, navigables, et des paysages qui abritent l'une des plus fortes concentrations d'd'églises et monastères médiévaux d'Europe : certains aussi impressionnants que celui de Santo Estevo de Ribas de Sil, construit sur un versant et entouré de forêts luxuriantes ; celui de Montederramo, aux dimensions colossales ; celui de Ferreira de Pantón, habité par des religieuses depuis le XIIe s. ; et, creusé dans la roche, San Pedro de Rocas, le plus ancien de Galice..

La vigne joue également un rôle important grâce aux terres fertiles et au microclimat de ce territoire, que les monastères ont utilisés pour créer une culture du vin plus vivante que jamais de nos jours à travers l'appellation d'origine D.O. Ribeira Sacra. Ces vignobles se trouvent sur des versants si inclinés que leur culture réclame des efforts héroïques. C'est ainsi qu'est né le légendaire Amandi, un vin rouge élaboré exclusivement pour le Pape pendant des siècles.

Patrimoine

Sur la Ribeira Sacra, l'eau a formé le premier chemin. À côté des fleuves qui creusent les vallées s'établissent des frontières naturelles permettant d'organiser l'espace. Le relief de la zone invite au recueillement, à la réflexion et à la découverte de soi-même. C'est peut-être la raison qui a motivé les ordres monacaux à s'établir dans cette zone, et qui a fait surgir à leur côté une nouvelle vie sur les rives du Miño et du Sil.

Du Haut Moyen Âge au désamortissement, les couvents ont joué un rôle très important dans cette partie de la Galice. De même, les monastères et la culture les entourant occupent une place importante de nos jours, puisqu'ils ont doté ces terres d'une aura unique au monde et parce qu'ils ont traversé les époques pour nous fournir aujourd'hui un témoignage du passé.

Il se peut que certaines données ne soient pas géoréférencées et ne soient donc pas visibles.

Les paysages de la Ribeira Sacra représentent une magnifique compilation des vestiges de différentes époques. Les habitants de la préhistoire ont laissé derrière eux des tumuli et camps fortifiés qui sont arrivés jusqu'à nous sous forme de paysages représentant la vie d'un autre temps. Les mámoas d'As Cabanas à Nogueira de Ramuín ou le castro de Candaz à Chantada en sont de parfaits exemples. Mais aussi, la présence romaine a joué un rôle décisif pour apporter une tradition culturelle et une esthétique déterminée sur ces terres. De la vie des Romains dans la Ribeira Sacra, il nous reste, entre autres, la tradition d'élaborer l'huile d'olive à Quiroga ou l'un des plus spectaculaires vestiges de leur brillante ingénierie, le tunnel de Montefurado, qui a dévié le lit du Sil pour profiter de l'or qu'emportait le fleuve avec lui.

Mais la Ribeira Sacra doit son nom à l'installation au bord de l'eau d'importants monastères à l'origine de la culture et de la spiritualité d'un temps et qui constituent aujourd'hui les trésors de pierre de ces terres. Plusieurs exemples colossaux d'architecture s'y trouvent avec les couvents de Santa Cristina de Ribas de Sil à Parada de Sil, Santa María de Ferreira à Pantón, Santa María à Montederramo, San Pedro de Rocas à Esgos, Santa María de Xunqueira de Espadanedo et Santo Estevo de Ribas de Sil à Nogueira de Ramuín.

Les églises, prodigieux exemples artistiques, font également partie du paysage spirituel et religieux de ces terres. Parmi les nombreux autres temples et sanctuaires méritant de faire l'objet d'une visite, on peut citer les églises Santo Estevo de Atán, San Miguel de Eiré et San Fiz de Cangas à Pantón, Santa María de Pesqueiras à Chantada, San Xoán de Portomarín, San Paio de Diomondi et Santo Estevo de Ribas de Miño à O Saviñao, ainsi que les temples de San Xoán da Cova et Santo Estevo de Chouzán à Carballedo.

Il est impossible de quitter la Ribeira Sacra sans avoir vu les lieux déclarés biens d'intérêt culturel : les ensembles historiques et artistiques du Pazo de Taboada et des Bodegas de Vilachá à A Pobra de Brollón. Le centre historique de la ville de Monforte de Lemos démontre l'importance de ce lieu par le passé. On peut mentionner le monastère Nosa Señora da Antiga également connu sous le nom de Colegio de la Compañía, le monastère San Vicente do Pino (actuellement parador de tourisme) et le donjon de l'ancien château des Lemos (aujourd'hui musée).

Espaces naturels

Le Balcón de Madrid et le point de vue situé entre Vilouxe et Caxide offrent une hauteur maximale permettant d'entrevoir l'abîme du Canyon du Sil. Il existe divers parcours pour naviguer en catamarán sur le Miño et le Sil, ces deux cours d'eau offrant la possibilité de découvrir la Ribeira Sacra d'un point de vue encore plus spectaculaire. Ses vignobles suspendus sur le versant ensoleillé des montagnes et la profondeur donnée par le canyon donnent aux voyageurs une grande sensation d'aventure tout en leur faisant prendre conscience qu'ils se trouvent dans un lieu privilégié.

Il se peut que certaines données ne soient pas géoréférencées et ne soient donc pas visibles.

Le Canyon du Sil possède le titre de site d'importance communautaire, de même que le Bidueiral de Montederramo et le Monte Faro, dont le sommet, où se trouvent un ermitage et un agréable espace, offre de larges vues sur les quatre provinces galiciennes. Le cours de la rivière Cabe présente une véritable galerie végétale peuplée d'aulnes, de saules et de frênes ainsi que d'autres espèces autochtones.
 

Fêtes et gastronomie

La Ribeira Sacra est aussi le nom de l'appellation d'origine de ses vins de renom, dont la production est née dans les communautés monastiques qui se sont installées à l'époque sur les rives des cours d'eau. Tous les ans, à Sober, une fête déclarée fête d'intérêt touristique de Galice est organisée, la Feira do Viño de Amandi, durant laquelle l'un des trésors produits de pair par l'homme et la nature dans la Ribeira Sacra est mis en valeur, à savoir le vin. Cette même appellation a été attribuée à deux autres fêtes de la région, le Folión de Carros à Chantada et la Festa das Fachas de Castelo à Taboada, exemples des coutumes traditionnelles transmises de père en fils dans la région et qui, aujourd’hui, sont des faire-valoir touristiques.

Outre la culture de la vigne et de l'huile, d'autres travaux traditionnels sont encore conservés dans la région, pour la plus grande joie des visiteurs, à l'image des poteries de Gundivós et Niñodaguia, faites avec l'argile tirée de ces terres, dans des fours artisanaux qui constituent déjà aujourd'hui de petites reliques pourvues d'une grande identité.
 

INCONTOURNABLE: San Pedro de Rocas

Le monastère de San Pedro de Rocas est unique car creusé dans la roche naturelle. Rustique, extrêmement ancien voire même presque primitif, c'est l'un des premiers lieux que des ermites choisirent pour s'établir dans cette région, ce qui lui procure une grande valeur anthropologique.

La légende raconte que l'édifice, daté de l'an 573, a été construit par sept hommes qui avaient choisi ce bel enclave pour se retirer et dédier leur vie à la prière. Son église, du VIe s., représente l'un des plus anciens temples chrétiens connus à ce jour. À l'intérieur, des peintures murales représentant les apôtres et une mappemonde ont été découvertes.

Xunta de Galicia

© 2016 Turismo de Galicia | Tous droits réservés
Politique de confidentialité | Contact | Pour y accéder

Galicia
Arriba