Ce lieu est peuplé de sombres secrets. Encaissée dans les vallées de la rivière Sil, la sierra d'A Lastra et ses sommets de roche calcaire sont uniques dans le paysage galicien, où prédomine essentiellement le granit. 

Pala Cumbeira, Pala da Zorra, Pala Pereda, Pala Cubelas...Le parc abrite d'innombrables grottes, ici appelées palas, ce qui l'a converti en lieu de pèlerinage pour les spéléologues et amateurs. Quelques-unes des plus grandes colonies de chauves-souris d'Espagne se trouvent dans ces grottes, royaume magique de stalactites et stalagmites. Le parc est également un refuge ornithologique. 

Il se peut que certaines données ne soient pas géoréférencées et ne soient donc pas visibles.

Enciña da Lastra se démarque du reste de la Galice de par sa flore, qui possède certaines caractéristiques méditerranéennes : des forêts de chênes verts, de châtaigniers, des prés parfumés par l'arôme du thym sauvage, et plus de 25 espèces d'orchidées. En Galice, la nature est capricieuse.

Le trésor du Sil

La Serra da Lastra est l'Orient naturel de la Galice. Le chêne vert y possède sa propre histoire, présent grâce au climat méditerranéen et au sol calcaire dont il a besoin pour exister. C'est pour cette raison qu'il se fait rare sur le reste du territoire galicien. 

Elle a donné son nom au parc naturel, puisqu'il semblerait qu'un grand chêne vert (encina en espagnol) servait autrefois à guider les voyageurs. Ce n'est qu'une histoire, mais il est possible d'admirer un chêne vert comme celui-ci près du cimetière de Covas, qui a reçu le titre d'arbre singulier.

Le chêne vert est accompagné d'autres espèces de type méditerranéen : chênes-lièges, chênes tauzins (chêne au petit tronc), amandiers et oliviers. Mais centrons-nous sur les châtaigniers et revenons deux mille ans en arrière. À cette époque arrivèrent les Romains qui emportèrent avec eux l'or de ces monts. En échange, ils laissèrent deux trésors : la langue et le châtaignier, élément magistral de ce paysage.

La beauté des tours montagneuses des Penedos de Oulego, des formes du précipice du Val do Inferno et des parois de Pena Falcueira ne laissera personne indifférent. Le Sil divise ce système montagneux en formant un canyon très pentu. Les étroites gorges de Covas permettent aux voyageurs qui traversent la région en train de vivre une véritable expérience esthétique.

L'intérieur des terres nous surprendra également avec les palas, mot d'origine pré-romaine signifiant grottes. Ce lieu renferme le plus grand réseau de cavités souterraines de Galice ainsi que les plus grandes colonies de chauves-souris à l'intérieur des quelque deux cents gouffres et grottes recensés. Certains de ces lieux ont de grandes dimensions, comme la Cova da zorra (600 m) et d'autres importants sites de la spéléologie galicienne comme la Pala de Xilberte, la Pala do Pombo, celle de Trasmonte ou la Pala de Tralapala.

À ne pas manquer

Le voyage sur les routes qui relient les petits villages intérieurs ou limitrophes se suffit à lui-même pour admirer la beauté du paysage. L'accès à certaines zones du parc est restreint. Pour explorer les palas ou les caves, il est nécessaire de se mettre en contact avec des associations de spéléologie.

Dans cette zone, signalons Covas et Biobra, où se trouve le centre des visiteurs. La route longe la rive droite du Sil entre Vilardesilva et Covas, nous faisant découvrir le canyon de la rivière, ainsi que ses gorges impressionnantes qui retiennent l'eau et servent de lieu de chasse aux rapaces.

Par ailleurs, nous pourrons nous rendre aux Penedos de Oulego en empruntant un sentier très exigeant qui passe par les pistes forestières et abrite de véritables paradis naturels et paysagers, secret le mieux gardé des rudes sierras de l'Orient.

Une nature singulière

On y trouvera des forêts de chênes verts, des châtaigneraies et des broussailles méditerranéennes, possédant certaines caractéristiques, comme la présence de champs de thym sauvage. Au menu des curiosités se trouvent également des espèces florales de sols calcaires endémiques, ainsi que d'autres raretés, comme plus de 25 espèces d'orchidées.

Les canyons et falaises fluviales servent d'habitats aux oiseaux de proie, ainsi qu'à d'autres oiseaux qui font du parc un intéressant refuge ornithologique. Il abrite la plus grande concentration d'oiseaux nicheurs de Galice. Les grottes abritent de grandes colonies de chauves-souris.

Informations utiles

Situation

  • Entièrement sur la commune de Rubiá, appartient à la comarque de Valdeorras rattachée à Orense, limitrophe d'El Bierzo (León).

Superficie

  • 3.151,67 ha.

Accès

  • La route N-120 Ponferrada-Orense et la ligne de chemin de fer traversent le parc naturel en passant par Covas. La route OU-622, qui part de la N-120 vers le nord, fait le tour de la sierra. Bifurcation également en direction de Biobra.

Services

  • Dans les environs, en dehors du parc.

Pour plus de renseignements

  • Bureau du parc naturel, Centre des visiteurs. Biobra (tél. : +34 988 324 319).

Installations

  • Observatoires de la faune.
  • Refuge de spéléologie à Covas, avec licence sportive.

 

Xunta de Galicia

© 2016 Turismo de Galicia | Tous droits réservés
Politique de confidentialité | Contact | Pour y accéder

Galicia
Arriba