Turgalicia Turismo de Galicia

Xunta de Galicia
Accueil > Jouissez de ces...expériences > Le Chemin de Saint-Jacques > Ajouter à « Mon voyage »

Chemin de Saint-Jacques...

Introduction

Le chemin de Saint-Jacques a été et continue d'être, sans aucun doute, la route la plus ancienne, la plus fréquentée et la plus célébrée du vieux continent. Saint Jacques a sans doute ressenti cette fascination, comme les marcheurs de tous les temps mais aussi, il a créé une route, un Chemin. On peut aller à Saint-Jacques-de-Compostelle et en Galice par différents moyens. Mais la plus belle manière de s'y rendre, c'est par le CHEMIN DE COMPOSTELLE.

  • El símbolo del Camino

  • Peregrinas en el Camino

  • El Camino en Alto do Poio

  • El Camino en Samos

  • Descansando en Portomarín

  • Cerca del final

  • La meta

Les Premiers Pèlerins...

Au XIe siècle, les premiers pèlerins arrivaient uniquement depuis l'intérieur des royaumes de Galice et des Asturies. Mais rapidement, Compostelle a commencé à attirer les voyageurs et les pèlerins d'autres royaumes chrétiens, situés y compris au-delà de nos frontières. Le premier, un Français du nom de Godescalc, évêque du Puy-en-Velay, est arrivé à Compostelle en 951.

Les historiens allèguent de nombreuses causes et différents motifs pour expliquer la fièvre des Francs à vouloir traverser les Pyrénées. Certains évoquent des motifs politiques. Pour des raisons de sécurité face à une éventuelle invasion musulmane, la papauté et Cluny étaient décidés à aider les royaumes du Nord de l'Espagne. D'autres évoquent la curiosité et la soif d'aventures, ou les intérêts commerciaux et les échanges culturels. Certains historiens parlent également des larcins commis sur les voyageurs. Mais dans tous les cas le motif religieux est présent. Au Moyen Âge, le pèlerinage représentait un symbole de la vie chrétienne, un cheminement incertain jusqu'à la demeure éternelle.

Le Chemin et le Codex Calixtinus (Livre de Saint Jacques)...

Le Français Aymeric Picaud, moine dans le Poitou, fut l'un des pèlerins de Compostelle les plus connus de l'époque médiévale. Il est célèbre pour avoir écrit une chronique retraçant son voyage vers 1130, une chronique minutieuse et détaillée, comprenant un grand nombre de conseils et recommandations destinés aux voyageurs. Cette chronique qui porte le titre de Guide du pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle, fait partie d'un document précieux appelé le Codex Calixtinus. Chaque fois que l'on parle de l'ancien chemin français, il est impossible de ne pas faire référence à ce Guide du pèlerin.

Image du pèlerin...

Bonnes chaussures, vêtements courts et pèlerine. Bâton pour s'appuyer et se défendre. Calebasse pour l'eau et le vin. Un petit sac et un chapeau au bord large. C'est l'aspect typique du pèlerin depuis le Moyen-Âge. La coquille “vieira”, (coquille Saint-Jacques) qui s'ajoute à la tenue des voyageurs de la mythologie payenne est le principal souvenir que les pèlerins rapportent de Galice, sur les côtes où abonde ce coquillage. Ensuite, elle se coud au chapeau, au sac et à la pèlerine pour finalement devenir l'emblême et le sauf-conduit du pèlerin.

Le pèlerin ou le voyageur moderne (non motorisé) qui parcourt le chemin ne porte généralement pas cette tenue classique, mais quelque chose le distingue du simple marcheur lorsqu'il descend du col de Poio, par Triacastela, ou lorsqu'il traverse la montagne d'Arzúa et Melide. Autrefois le pèlerin accomplissait un vœu, une pénitence, exauçait le désir d'un défunt proche, ou encore accomplissait une décision de justice. Aujourd'hui, il est plus fréquent de faire le chemin pour revivre notre passé, découvrir notre culture et notre histoire, admirer l'harmonie de l'architecture romane, ou simplement pour contempler les paysages des terres de Saint-Jacques-de-Compostelle, les Terras de Santiago

Faire le Chemin...

Le voyageur moderne, qui parcourt les routes du Nord de l'Espagne depuis les Pyrénées jusqu'en Galice, trouve régulièrement sur son chemin un panneau indiquant Chemin de Saint-Jacques, suivi du nombre de kilomètres le séparant de Saint-Jacuqes de Compostelle. Ces indications sont conçues pour ceux qui voyagent en voiture et sont placées sur les routes les plus proches de l'ancien chemin. Les modernisations successives des voies routières, des anciens chemins royaux aux routes nationales en passant par les autoroutes modernes, ont effacé de nombreuses parties du chemin foulé par les pèlerins durant des siècles entiers. Mais parfois, les routes actuelles ne suivent pas exactement le tracé du chemin médiéval. C'est alors que les adeptes du « tourisme lent », ceux qui vont à pied, à cheval ou à bicyclette, peuvent suivre le tracé primitif. À de nombreux endroits, ce tracé conserve ses pavés, ses bornes, ses anciens hôpitaux, ses ermitages-refuges, ses fontaines, ses croix, ses anciens ponts, etc...

Partagez-moi sur...

Mon voyage

A miña viaxe

Préparation du voyage en cours...

Rassemblez toutes les informations pour organiser votre voyage : musées, monuments, lieux intéressants, logements, restaurants...

Une fois les informations réunies, vous pourrez visualiser votre projet de voyage sur un plan, enregistrer des informations au format PDF ou exporter les lieux sélectionnés sur un GPS

Pendant le voyage...

Vous êtes déjà en Galice en quelque sorte. Ici, vous pourrez consulter votre projet de voyage, enregistrer des informations au format PDF ou exporter les lieux sélectionnés sur un GPS

Si vous possédez un téléphone avec GPS, vous pourrez voir où vous vous trouvez sur la carte.

Après le voyage

Une fois revenu de votre voyage, vous pourrez donner votre avis sur ce que vous avez visité, et indiquer ce que vous n'avez pas pu voir, pour vous en souvenir la prochaine fois !

Entrer
Xunta de Galicia Turismo de Galicia

© 2013 Turismo de Galicia | Tous droits réservés
Politique de confidentialité | Contact | Pour y accéder

Jusqu'à