Un parcours à vélo sur la seule route jacobée dont le point de départ est à Compostela. Elle termine à Fisterra, la “fin du monde” pour les pèlerins qui, depuis l’antiquité, venaient contempler le spectacle de voir mourir le soleil dans l’océan. Un Chemin pour profiter du paysage, du patrimoine artistique, de la cuisine et de la mer.

Cela vous intéresse!

  • Point de départ: Santiago de Compostela
  • Point final: Fisterra
  • Journées: 4

Un Chemin plein de légendes, de mythes, d’histoire et de tradition, de paysages verdoyants et de villes marines de la Costa da Morte. Un Chemin pour profiter du paysage, du patrimoine artistique, de la cuisine et de la mer.

Nous vous proposons de parcourir à vélo la seule route jacobée qui commence à Santiago de Compostela. Et qui termine à Fisterra, véritable fin du monde pour les pèlerins qui venaient jadis contempler le spectacle grandiose de voir décliner le soleil sur l’océan. Un Chemin plein de légendes, de mythes, d’histoire et de traditions, de paysages verdoyants et de villes marines de la  Costa da Morte.

Pour en savoir plus...
- Cathédrale de Saint Jacques.
- Auberge de Olveiroa.
- Auberge de Pèlerins de Fisterra.
- Château de San Carlos. Musée de la Pêche de Fisterra.

Parcours – 1e jour

Saint Jacques comme point de départ

Nous vous suggérons d’arriver à Saint Jacques de Compostelle l’après-midi. La ville, ouverte et hospitalière, offre toutes sortes de logements : auberges, hôtels charmants et ruraux, hôtelleries et pensions. Le joyau s’appelle Parador Hostal dos Reis Católicos.

Il se peut que certaines données ne soient pas géoréférencées et ne soient donc pas visibles.

La visite obligée à la cathédrale

La première rencontre avec la cathédrale sur la Saint Jacques de Compostelle est émouvante. La place reçoit ce nom car elle a été en travaux pendant près de 100 ans. C’est ici que les carriers – qui taillaient le granit jour après jour pour sa construction – avaient leurs ateliers (obradoiros). C’est grâce à eux que, de nos jours, vous êtes émerveillés par la majestueuse façade baroque, construite entre le XVIIe et le XVIIIe siècle et présidée par la figure de l’apôtre Saint Jacques vêtu de pèlerin avec la cape et le bourdon. 

L’apôtre est représenté sur tous les édifices qui entourent la place. Vous pouvez l’identifier comme guerrier monté sur un cheval blanc, comme apôtre ou encore comme saint pèlerin. Pour le localiser, il vous suffit de vous concentrer sur la façade néoclassique du  Pazo de Raxoi, sur celle de l’Hostal dos Reis CatólicosHostal dos Reis Católicos et sur celle du Pazo de San Xerome.

Pour connaître l’intérieur du temple, vous devez monter son magnifique escalier – en réalité ce sont deux escaliers, l’un dans l’autre. En entrant, vous verrez d’abord le fameux  Portique de la Gloire,chef d’œuvre du roman espagnol taillé par le Maître Mateo. Il est formé par trois arcs, dont les sculptures interprètent de manière symbolique la Jérusalem céleste.
Vous trouverez de nouveau l’apôtre Jacques sur la colonne centrale en marbre, qui représente la généalogie du Christ et vous remarquerez, à mi-hauteur, les marques laissées par les mains des pèlerins qui, traditionnellement, s’appuyaient sur ce pilier. Un des rites les plus pratiqués consiste à embrasser l’apôtre dans la niche du maître autel. Ensuite, arrêtez-vous devant ses reliques, gardées dans une urne en argent, dans la crypte.

Une balade dans la vieille ville compostellane

Nous vous conseillons de dédier le reste de l’après-midi à explorer la vieille ville de Saint Jacques, classée Patrimoine de l’Humanité. Laissez-vous surprendre par la pierre convertie en art. Après avoir contemplé les autres façades et places qui entourent la cathédrale, vous vous sentirez captivés par les rues d’origine médiévale, comme la Rue Nova et la Rue de Vilar, du Preguntoiro, des Algalias (d’en Haut et d’en Bas) ou Casas Reais. Et vous connaîtrez le charme de places telles que celle du Toural ou celle de Cervantès.

Des tapas dans la Rue du Franc et A Raíña

S’agissant de la première nuit à Saint Jacques, nous vous suggérons pour dîner d’opter pour les portions typiques galiciennes. Ainsi, vous connaîtrez certains des plats considérés indispensables dans la cuisine régionale, comme le poulpe á feira, la viande ao caldeiro, la tourte, le raxo, la zorza, l’oreille de porc, des fruits de mer des rias galiciennes tels que les moules, les coques et les clovisses, ou encore des produits de saison comme les poivrons de Padrón ou les xoubas (petites sardines). Vous pourrez déguster tous ces produits dans les nombreuses tavernes et restaurants de la vieille ville. Les Rues du Franc et de la Raíña concentrent la plupart de ces établissements.

 

Parcours – 2e jour

De Santiago à Dumbría

Après avoir pris le petit déjeuner à l’hôtel, essayez de partir tôt avec vos vélos – les vôtres ou ceux que vous aurez loués – pour commencer dès que possible la seule route jacobée qui commence à Compostelle. Ce pèlerinage remonte aux débuts du Chemin de Saint Jacques, alors que les pèlerins sentaient le désir de continuer jusqu’à  Fisterra (finis terrae), ; le point le plus occidental du monde connu à l’époque.

Il se peut que certaines données ne soient pas géoréférencées et ne soient donc pas visibles.

Quittez la Place do Obradoiro et rendez-vous à la commune d’Ames

La route part de la Place do Obradoiro. Entre le  Pazo de Raxoi et l’Hostal dos Reis Católicos, où se trouvait l’ancienne Porte du Pèlerin, le Chemin descend par des rues telles que la Rue das Hortas et continue par Poza de Bar et San Lourenzo jusqu’à une belle chênaie centenaire, que Rosalía de Castro a immortalisée dans son œuvre Follas Novas.

Derrière se trouve l’ancien Pazo de San Lourenzo de Trasouto, d’une importante valeur artistique et botanique. Son cloître renferme une magnifique haie en buis centenaire taillée avec des motifs géométriques à symboles religieux.

Descendez ensuite jusqu’à la rivière Sarela, où la végétation commence à s’imposer à la pierre. Vous devez passer par la promenade aménagée sur la rive et vous la traverserez par d’étroites passerelles. Vous traverserez ensuite de petits hameaux, des forêts et des collines jusqu’à atteindre la route nationale, pour redescendre plus tard vers Augapesada, dans la mairie d’Ames.

La surprenante beauté du hameau d’A Ponte Maceira

Nous allons commencer maintenant la montée au col de Mar de Ovellas, où vous pourrez vous arrêter pour contempler la vallée d’A Maía. Descendez ensuite jusqu’à A  Ponte Maceira, un des lieux les plus intéressants de ce tronçon. Il s’agit d’un ensemble architectural dont l’élément significatif est le pont sur la rivière Tambre, du XIIIe siècle. Le village primitif, le moulin, le barrage, la chapelle et le pazo moderne sont également remarquables.

De l’autre côté du pont, suivez le cours de la rivière sur une chaussée pavée et vous découvrirez le  Pazo da Chancela. Il est entouré d’un bois de chênes et en partie ouvert aux visiteurs ; vous pourrez donc y entrer. Remarquez son écusson portant un pont coupé. Il représente celui qui, d’après la légende, s’est écroulé coupant le passage aux soldats romains qui poursuivaient Théodore et Athanase, les disciples de Saint Jacques, qui revenaient de demander au légat romain de Fisterra l’autorisation d’enterrer l’apôtre.

Pause déjeuner à Negreira, pour déguster une bonne viande

Descendez jusqu’à Negreira, où vous trouverez une offre variée d’hébergements. Prenez la rue principale de la ville en passant sous un des trois arcs qui supportent la galerie crénelée et munie de balustrade, qui joint le Pazo de Cotón à la chapelle de Saint Mauro, respectivement du XVIIe et du XVIIIe siècle. Vous pourrez contempler plus tranquillement ses douze écussons après le repas et un peu de repos. La région est connue pour son activité bétaillère et laitière, nous vous suggérons donc de choisir un plat de veau rôti ou du poulet de basse-cour au four, typiques de la zone.

La journée termine à Dumbría

Vous quitterez Negreira par un petit pont sur la  rivière Barcala. La route coïncide avec certains tronçons du Chemin Royal de Fisterra. Vous trouverez d’intéressants exemples d’architecture populaire, comme l’ensemble d’hórreos de As Maroñas, dans la commune de  Mazaricos.

Par moments, le Chemin passe par des zones de haut plateau, ce qui permet d’avoir d’excellentes vues. Depuis les contreforts du Mont Aro, vous pourrez contempler une partie de la rivière Xallas, de son barrage et des vallées environnantes. Vous arrivez au lieu-dit  Ponte Olveira, dont le pont médiéval vous situe dans la commune de Dumbría.

La journée termine dans la paroisse d’ Olveiroa. À côté de l’auberge il y a plusieurs endroits pour dîner, parler de l’étape et vous détendre.

 

Parcours – 3e jour

De Dumbría à Fisterra

Après un bon petit déjeuner, quittez Olveiroa et vous arriverez rapidement à la localité toute proche d’Hospital, où le Chemin se divise vers Muxía et vers Fisterra.

Il se peut que certaines données ne soient pas géoréférencées et ne soient donc pas visibles.

Prenez la route de Fisterra. Vous arriverez bientôt à proximité du Sanctuaire das Neves, puis à la chapelle de Saint Pierre Martyr, , très populaire car elle possède une fontaine “miraculeuse” à laquelle on attribue la guérison de diverses maladies.

D’ici, le terrain part en montée. Tout en haut, à côté du Calvarie da Armada, vous pouvez contempler pour la première fois l’encore lointaine Fisterra, baignée par l’océan. Ensuite, la route redescend jusqu’à  Cee, ville marine typique, où vous arriverez par le Campo de Sacramento et la Rue da Magdalena.

À Corcubión vous pourrez vous baigner sur la plage

De Cee vous verrez votre prochaine destination, Corcubión, classée Ensemble Historique Artistique pour ses maisons nobles et son architecture populaire marine. À l’entrée se trouve l´église de San Marcos, un bel exemple de gothique marin et néogothique classé Bien d’Intérèt Culturel.

Nous vous encourageons à arrêter de pédaler et à faire une balade tranquillement sur la  Promenade du bord de mer, avec ses belles maisons aux amples galeries et balcons regardant vers la ria. Au cours de la promenade, vous trouverez des locaux pour déguster de délicieuses tapas.

Et même, si la météo le permet, vous pourrez vous baigner sur la plage de Quenxe, vers l’extrémité de la ville.

Arrivée à Fisterra, but de votre voyage

Après le repas et un peu de repos, reprenez la route vers Fisterra, trout près du but. Après avoir dépassé les hameaux de  Vilar, Amarela, Estorde y Sardiñeiro vous pourrez dire au revoir à Corcubión sur un mirador d’où vous verrez Fisterra et son cap. Vous y arriverez après avoir longé pendant environ deux kilomètres les formations de dunes de la belle et longue playa de Langosteira. Même si le Chemin est parallèle aux dunes, nous recommandons de parcourir ce tronçon par la plage, comme le font habituellement les pèlerins.

À l’auberge publique
on vous donnera la “Fisterrana”,
le carnet qui certifie
votre pèlerinage à Fisterra

On entre dans le village marin de Fisterra par le  barrio de San Roque. Vous passez à côté de la Cruz de Baixar, un vieux calvaire portant une sculpture du Christ crucifié d’un côté et une sculpture de Marie immaculée avec l’enfant Jésus de l’autre. À côté, vous découvrirez une vue magnifique de la plage de Langosteira. Ensuite, passez la rue Catalina y la Real, où se trouve l´auberge publique et où vous pouvez recevoir la “Fisterrana”, le carnet qui certifie votre pèlerinage à cette ville.

L’église de Sainte Marie das Areas, centre de la tradition jacobée de Fisterra

La fin de la route se poursuit jusqu’au Phare. En suivant la route qui vous conduit jusque là, vous trouverez l´église de Sainte Marie das Areas, centre de la tradition jacobée de Fisterra. Une belle arcade qui, semble-t-il, faisait partie de l’hôpital médiéval de pèlerins – aujourd’hui disparu – cède le pas au temple.

Ici, vous découvrirez le très vénéré Santo Cristo de Fisterra. Cette sculpture gothique en bois est entourée de légendes, car on dit qu’elle est apparue sur la côte après être tombée d’un bateau à la mer lors d’une tempête. Pendant la Semaine Sainte, la ville célèbre la Fête do Santo Cristo, classée Fête de Galice d’Intérêt Touristique.

Chemin du Cap, d’où les romains contemplaient le soleil plongeant dans l’océan

Après la visite, continuez de monter par la même route. À moitié de la montée, la sculpture d’un pèlerin médiéval vous accueille. Plus loin, la borne du kilomètre zéro vous donne la bienvenue aux alentours du phare. À l’entrée, c’est  La Sirena, qui vous reçoit. C’est un édifice de la fin du XIXe siècle conçu pour des usages touristiques : le personnel vous timbre le carnet de pèlerin, dresse des statistiques et fournit les informations souhaitées.

Vous vous trouvez à l’endroit où les anciens géographes grecs et romains situaient le Promontorium Nerium ou Ara Solis, autel de culte au soleil, construit par les phéniciens et qui, selon la légende l’apôtre Jacques lui-même aurait fait détruire peu après. Ici, les romains et les peuples qui les avaient précédé se penchaient au “bout du monde” pour assister au spectacle grandiose de voir le soleil plonger dans l’océan.

Dîner sur la zone du port

Pour dîner, nous vous conseillons de vous rendre à la zone port de Fisterra, principal lieu d’activité de la ville. Les restaurants du quartier préparent les poissons et fruits de mer frais et de saison débarqués sur le port.

Ensuite, vous pourrez aller voir la halle,un édifice moderne en aluminium bleu et en verre que vous reconnaîtrez tout de suite. Vous pourrez vous promener à l’intérieur car il est aménagé pour les visites touristiques. Et pour passer la nuit, Fisterra possède une grande offre d’hébergements : auberges, hôtels (certains rustiques et charmants), hôtelleries et pensions.

 

Parcours – 4e jour

Visite au château avant de quitter Fisterra

Le château de San Carlos se trouve sur la route du port, sur la  Paseo Corveiro. Il s’agit d’une forteresse bâtie au XVIIIe siècle, restaurée après l’incendie et la destruction partielle subie lors de l’assaut des troupes napoléoniennes à Fisterra pendant la Guerre d’Indépendance. Elle accueille actuellement le Museo de Pesca.

Il se peut que certaines données ne soient pas géoréférencées et ne soient donc pas visibles.

Après la visite, mettez le cap sur Santiago de Compostela car ses excellents services et sa condition de centre de communications en Galice vous faciliteront votre retour chez vous.

 

Xunta de Galicia

© 2016 Turismo de Galicia | Tous droits réservés
Politique de confidentialité | Contact | Pour y accéder

Galicia
Arriba