Camélias, arômes et silences...

« La nada, aquí » (« Le néant, ici »). Le sculpteur créa l'œuvre et le pazo la légende.

À côté de l'embarcadère du pazo de Mariñán, se trouve une pierre en marbre portant l'inscription suivante « La nada, aquí » (« Le néant, ici »). On ne sait pas s'il s'agit d'une référence philosophique, religieuse, ou de la triste épitaphe d'une tombe, en tout cas, elle invite à la réflexion, éveille la curiosité et sert d'appui à la légende. Car la pierre en question est en forme de boucle de cheveux, comme celle que les dames portaient dans un camée sur la poitrine ; peut-être le souvenir de ce qui aurait pu se produire une nuit de pleine lune entre deux hommes masqués, une dame et un bateau, par exemple. Il y aurait certainement eu un mort.

Il est évident que l'un ce ces deux hommes revint de l'au-delà, - bien que ce soit sous la forme d'un spectre – pour parler à sa bien-aimée de la futilité des efforts de cette vie : « Le néant, ici », « sic transit gloria mundi », lui dit-il, flottant au-dessus du mur qui sépare le pazo de la ria. La dame laissa tomber le camée contenant la boucle et s'en fut directement dans l'« au-delà», sans que jusqu'à aujourd'hui elle ait réapparu par « ici », même pas sous la forme de spectre.
  
Des siècles plus tard, un sculpteur de La Corogne illustra, sans le savoir, le souvenir de la boucle et de l'apparition spectrale qui de fait, continue d'avoir lieu les nuits de pleine lune lorsque passe un voyageur disposé à en assumer la transcendance.

Pour arriver à l'endroit où se produisit l'événement, l'histoire inventée et la vraie, il convient de traverser un parc rempli d'arômes et de silences. Une route de camélias enveloppée du riche arôme vert sombre d'une forêt d'eucalyptus qui fait place ensuite aux arômes du laurier, du buis ou de la lavande dans les environs du labyrinthe, pour enfin laisser une odeur humide qui annonce l'eau.
 
Là-bas, les camélias de Mariñán contemplent l'autre rive, quelques canots, une maison et, parfois, un train qui transporte au loin les rêves du voyageur, impassibles au fil du temps. Le néant ici -selon la pierre- parce qu'à Mariñán, l'éternité prend la forme du camélia.

Renseignements visites:
+34 648 683 468
+34 981 777 001 / +34 981 791 578

Autres liens ...

DOCUMENTS ASSOCIÉS...

Arriba