Cameliasde encaixe...

Argent et pierre : un camélia blanc déposé sur un plateau en argent et un napperon en dentelle, si possible de Camariñas ; c'est Oca. Des camélias joyeux, pimpants, effrontés, d'une couleur rouge vif, suspendus dans ce qui était autrefois un verger ; c'est Oca.

Un pazo qui étant  baroque, ne peut être plus galicien, ni plus beau. Les tuyaux de mille fontaines rappellent le doux son du jet du lavoir dans les villages et la lente glissade des canards sur un bassin qui est tout simplement un pur rêve, l'élégance courtisane de la soie. Un jardin qui sous la lumière incertaine de l'hiver conjugue toutes les nuances d'un poème.

« Continuez les travaux », ordonne un doigt accusateur gravé sur la pierre. Les camélias, obéissants, répondent au désir de celui qui certainement fut leur premier maître.

Au milieu du XVIIIe siècle, certains camélias s'élevaient déjà à 8 mètres du sol. D'autres, taillés en forme de parasol, rappellent qu'à Oca, ils peuvent être en fleurs jusqu'en avril ou mai et coïncident alors avec les hortensias.

Peu importe qu'ils fassent partie des camélias les plus anciens d'Europe, ce qui est le cas, ni même le surnom que la botanique leur donne : à Oca, les camélias représentent tout simplement la beauté.

Renseignements visites :
+34 986 587 435

Autres liens...

DOCUMENTS ASSOCIÉS...

Arriba