La sierra d'O Courel, traversée par la rivière Lor, est un site naturel d'une incroyable beauté que l'écrivain local Uxío Novoneyra a su mieux que personne décrire dans ses poèmes. Ses plus hauts sommets sont Formigueiros, Montouto et Pía Paxaro, montagnes idéales pour faire des randonnées et profiter de la nature dans son état le plus sauvage et le plus vivant.

La végétation, riche et abondante, est composée de bruyère et de chênes, et plus haut, il est possible de voir des forêts de chênes verts et d'autres arbres autochtones. Les vallées sont entourées de bois de châtaigniers. À O Courel, il convient également de parler des dehesas, comme celle d'A Rogueira, une réserve botanique faisant partie des plus belles et des plus riches de Galice.

Il se peut que certaines données ne soient pas géoréférencées et ne soient donc pas visibles.

Les hameaux de la sierra, petites localités composées de maisons d'ardoise, sont pleins de charme. Dans cette sierra, il est possible de visiter plusieurs pallozas, des habitations typiquement galiciennes.

Un circuit à travers O Courel vous fait voyager dans le temps et invite à l'émerveillement au cœur d'une Galice en voie de disparition.

Il faut absolument évoquer l'importance du châtaignier lorsque l'on parle de ce site naturel. Pendant longtemps, son fruit a représenté la principale source d'alimentation des habitants de la région ; un ingrédient important présent dans de nombreux plats comme par exemple le bouillon de châtaignes, les châtaignes au lard ou le lait aux châtaignes. Mais on n'utilisait pas uniquement le fruit, on utilisait également l'arbre : les feuilles pour recouvrir le sol des enclos des animaux, le bois et la fleur pour la production de miel.

 

Parcours

Il est conseillé de prendre trois jours pour découvrir la sierra d'O Courel. D'un niveau faible de difficulté, on peut réaliser ce circuit en voiture ; il comporte deux parcours à pied de courte durée qui permettent de mieux apprécier son paysage sauvage et plein de charme, plongé dans un océan de nature. Les durées sont le résultat d'une estimation, chacun peut les modifier selon ses préférences.

Comment y arriver...

  • Depuis la ville de Lugo par la CG-2.2 et la LU-633 qui nous mène à Samos après être passés par A Pobra de San Xiao et Sarria.
  • Sur la N-VI à hauteur de Pedrafita do Cebreiro, nous prendrons la LU-634 en direction d'O Cebreiro, qui nous mènera de Pedrafita do Cebreiro à Samos.

 

1er jour

Il est possible de débuter le chemin à travers la sierra d'O Courel à Samos ou à O Cebreiro, en fonction des goûts du voyageur. Nous vous conseillons de choisir Samos, où vous pourrez visiter le joli monasterio de San Xulián, fondé en pleine étape wisigothique par San Martiño de Dumio et érigé au cours de différentes périodes sur des structures romanes, gothiques, baroques et Renaissance. Ce temple dispose d'un lieu d'hébergement idéal pour reprendre des forces et se reposer dans un endroit où règne la tranquillité.

À dix kilomètres de cette commune, en direction d'O Cebreiro sur le Camino Francés, le chemin français, le petit village de Triacastela permet de visiter l église Santiago . De style roman, elle a été profondément restaurée au XVIIIe siècle. À 11 km de Triacastela se trouve le lieu-dit de Fonfría et l' église paroissiale de San Xoán, particulièrement intéressante. Construite au XVIe siècle, elle a subi d'importantes restaurations par la suite.  

Il se peut que certaines données ne soient pas géoréférencées et ne soient donc pas visibles.

 

En poursuivant le parcours par la route LU-633, nous trouverons l'Alto do Poio, un lieu d'une grande beauté entouré de forêts. Son point de vue, situé à 1 337 m d'altitude, permet de contempler la sierra d'O Rañadoiro et la vallée qui se forme à ses pieds. Il est également possible de voir le monument consacré au pèlerin sur l'Alto de San Roque, à 1 270 m.  

En continuant dans la même direction, nous arriverons au hameau d'O Cebreiro,, à 23 km de Triacastela. Il abrite l'un des monuments où il est indispensable de s'arrêter, le sanctuaire de Santa María A Real. construit par le comte Aurillac au IXe siècle, mais profondément restauré par la suite.

Dans ce village, il est également indispensable de visiter le musée ethnographique, installé dans plusieurs pallozas (constructions traditionnelles de forme ronde ou ovale) qui conservent leur structure d'origine. Cet endroit est très connu, puisqu'il permet d'entrer en Galice par le Camino Francés mais aussi en raison de ses monuments, de ses paysages, ainsi que de ses fromages. Tous les ans, une foire consacrée à ce produit gastronomique est organisée dans la sierra.  

2e jour

Le deuxième jour, nous prendrons la direction de Seoane do Courel. À O Cebreiro, nous prendrons la route LU-633 pour nous diriger vers Samos et, quelques kilomètres plus loin, au lieu-dit Hospital, nous tournerons à gauche pour pénétrer dans la sierra par la route LU-651.

En arrivant à Seoane do Courel, au kilomètre 33 depuis O Cebreiro, nous trouverons un panneau à gauche de Visuña et Romeor. Nous suivrons les indications et à 4,8 km du croisement, des panneaux indiqueront Visuña et Ferramulín. En continuant tout droit, sans changer de direction et en passant par Millares, nous arriverons au hameau de  Romeor et au tunnel - aqueduc romain.

Il se peut que certaines données ne soient pas géoréférencées et ne soient donc pas visibles.

À cet endroit, la visite, de difficulté moyenne, doit se poursuivre à pied. Pendant trois kilomètres, il faut suivre le cours d'un ruisseau au courant assez fort, où il est conseillé d'être muni d'une lampe et de bottes, 200 m du parcours se trouvant quasiment dans la pénombre avant d'atteindre l'autre versant de la montagne. Nous ferons ensuite demi-tour en direction de Millares, nous passerons par Mostaz et prendrons la direction de Visuña - Ferramulín. En chemin, nous découvrirons les ruines du château de Carbedo, aussi appelé San Roque. Les environs offre une vue de la paroi du mont Cido majestueuse et spectaculaire, qui peut atteindre 950 m en certains points pour ensuite redescendre en douceur.

Au kilomètre 10 depuis Seoane do Courel, en arrivant à l'Alto do Couto, un chemin sur la droite nous mènera à pied à la Devesa da Rogueira. Cet endroit du parcours permet de contempler le plus haut sommet d'O Courel : le col de Formigueiros. En continuant sur le chemin, nous arrivons à Visuña, où il y a encore peu de temps, deux des moulins de la région continuaient à moudre, puis à Ferramulín (km 20,3). (km 20,3). Au niveau de la première montée en sortant de ce village, plus exactement dans un virage et en regardant à droite, la descente vers la cascade de Vieiros (km 22,4) est indiquée. Après avoir parcouru 1 200 mètres, nous arrivons au petit village de Vieiros et un kilomètre plus loin, à A Seara, l'un des hameaux les mieux restaurés d'O Courel.  

À partir d'A Seara nous passons par El Soldón pour nous rendre à A Cruz de Outeiro (km 40). À cet endroit il faut prendre à droite et traverser la sierra en passant par Vilarbacú, ce qui nous fait revenir à Seoane do Courel. En raison de la difficulté du parcours, il est conseillé de l'effectuer uniquement en véhicule tout-terrain. L'itinéraire proposé, qui constitue une alternative à celui-ci, mène à Quiroga en passant par Bustelo de Fisteus. Une fois arrivés à Quiroga, au kilomètre 49,4 depuis Seoane do Courel, nous prenons la LU-651 pour nous diriger vers Folgoso do Courel. Au kilomètre 12, nous arrivons à l'Alto do Boi, à 1 061 m d'altitude. À cet endroit, une piste située sur la droite mène à Pía Paxaro et une autre sur la gauche qui permet de se rendre au lieu-dit de Vilar. . Cette dernière, de 3,2 km et bien que goudronnée, est considérée comme dangereuse en raison de sa pente à 16 %. La descente est interdite aux véhicules à remorque et aux autocars.  

Une fois arrivés à Vilar nous visiterons le lieu, composé d'une douzaine de maisons collées les unes aux autres, certaines d'entre elles séparées par des rues très étroites et recouvertes de toits en ardoise. Nous traversons le hameau et suivons le chemin de randonnée de Froxán et Vilamor qui nous guidera à travers un souto, une châtaigneraie, pour nous mener jusqu'au castro de Vilar, (camp fortifié), situé dans un méandre de la rivière Lor, ainsi qu'au petit ermitage de San Roque. Au fil de ce parcours, on découvre un chemin de croix constitué de croix en bois d'un mètre de haut, très typiques de la région. Il est également possible de visiter la « Casa do Ferreiro », la maison du forgeron, pour y découvrir un curieux échantillon d'instruments et d'appareils. À Vilar la route se poursuit en direction de Vilamor et Froxán

En retournant sur le chemin d'Alto do Boi par la route LU-651, nous nous dirigeons vers Folgoso do Courel en passant par Santa Eufemia. À Folgoso do Courel, à 10,3 km de l'Alto do Boi, une nouvelle déviation permet de se rendre à Froxán et Vilamor. Nous poursuivons notre chemin en direction de Seoane do Courel afin de débuter une nouvelle journée le lendemain.
 

3e jour

Le troisième jour du parcours débute à Seoane do Courel et se termine dans le village de Samos.

En quittant Seoane do Courel par la route LU-651, nous arrivons à 5,6 km du lieu-dit de Ferrería Vella. Plus loin et en prenant la direction de Seceda le castro da Torre,(camp fortifié) du IIe-IVe siècle après J.-C., se dresse juste devant nous, dans un virage et à quelques minutes seulement à pied. En continuant dans la même direction, nous arriverons à la Seceda, un village faisant l'objet d'une importante restauration grâce à un programme de l'Union européenne, ce qui a permis de redonner vie à ces terres quasiment abandonnées.

Il se peut que certaines données ne soient pas géoréférencées et ne soient donc pas visibles.

En continuant le parcours sur une route sinueuse, nous trouvons le lieu-dit de Caselas à 14,2 km. La halte suivante est A Ferrería (do Incio), (do Incio), un petit village plein de charme au grand passé thermal et construit sur des rochers. Malheureusement, le bâtiment des thermes est en cours de restauration. Il est également possible de visiter la source minéro-médicinale située dans les environs du village.

La route nous mène ensuite à la commune d' O Hospital et à l'église San Pedro Fiz, la seule de style roman espagnol construite en marbre. Environ deux kilomètres plus loin se trouve A Cruz do Incio, l'agglomération principale.
Ici, il nous faut faire un détour par l'église Santa María de Mao, où se déroule la fête patronale de Santo Eufrasio, évêque d'Andújar, dont la dépouille repose dans l'église. Pour effectuer une visite, il faut demander les clés au café « Casa Campo », l'édifice étant normalement fermé en dehors des heures de culte. Le cimetière couvert qui entoure l'église représente l'une de ses caractéristiques.

Le parcours se termine de nouveau à Samos. Samos.

Xunta de Galicia

© 2016 Turismo de Galicia | Tous droits réservés
Politique de confidentialité | Contact | Pour y accéder

Galicia
Arriba