La géodestination Terras de Santiago regroupe les communes d'Ames, A Baña, Arzúa, Boimorto, Boqueixón, Brión, Cerceda, Curtis, Frades, Melide, Mesía, Negreira, Ordes, Oroso, O Pino, Padrón, Rois, Santa Comba, Saint-Jacques-de-Compostelle, Santiso, Sobrado, Teo, Toques, Touro, Tordoia, Trazo, Val do Dubra, Vedra et Vilasantar.

Ces terres possèdent un grand patrimoine artistique et monumental, à l'image du monastère de Sobrado dos Monxes, un chef-d'œuvre de la Renaissance et du baroque de Galice. En outre, Saint-Jacques-de-Compostelle offre, en plus de la cathédrale et de la vieille ville, la très moderne Cidade da Cultura, la cité de la culture, réalisation architecturale de Peter Eisenman qui éveille les passions de par son aspect spectaculaire.

Terras de Santiago dessine une carte des chemins qui convergent vers le chemin de Compostelle, un parcours spirituel rempli de plaisirs gastronomiques. À Arzúa, le Camino del Norte ou chemin du Nord, rejoint les précédents, peut-être parce que personne ne veut manquer les délices du fromage Arzúa-Ulloa. Et sur les rives du Sar, Padrón, lieu de naissance d'écrivains tels que Rosalía de Castro ou le prix Nobel C. J. Cela, les célèbres piments de Padrón (Pementos de Herbón) attendent les personnes qui arrivent par la mer, en leur consacrant le meilleur de leurs produits cultivés. Et, en dessert, après avoir honoré l'apôtre, la Tarta de Santiago, le gâteau de saint Jacques, est de mise. Terras de Santiago, des chemins pleins de saveurs.

Patrimoine

Huit parcours du chemin de Compostelle structurent cette géodestination en la marquant de l'empreinte de la culture de saint Jacques. Le Camino del Sureste le chemin du Sud-Est, traverse les communes de Vedra et Boqueixón. Le Camino Portugués le chemin portugais, mène à Saint-Jacques-de-Compostelle en passant par Padrón, Rois et Teo ; la Ruta de Fisterra-Muxíachemin de Finisterre-Muxia, par Ames, Negreira et Santa Comba ; le Camino Inglés, le chemin anglais, par Ordes et Oroso ; le Camino Francés le chemin français, par Melide, Arzúa et O Pino sur son tronçon final ; le Camino do Norte par Sobrado, Boimorto, Arzúa et O Pino ; et le Camino Primitivo le chemin primitif, par Toques, Melide, Arzúa et O Pino. Historiquement, la Ruta do Mar de Arousa prenait fin à Padrón.

Il se peut que certaines données ne soient pas géoréférencées et ne soient donc pas visibles.

Le passage de marcheurs par cette géodestination durant des siècles a laissé derrière lui des traces artistiques, architecturales et culturelles qui ont survécu jusqu'à nos jours et déterminent l'identité touristique de cette région. La majestueuse cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle symbole le plus fort de toute une civilisation, se dresse sur la Praza do Obradoiro place de la capitale galicienne. La ville de Saint-Jacques-de-Compostelle, inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1985 (le Camino Francés est également inscrit au patrimoine de l'humanité, notamment ses passages par l'Espagne et la France, et a été déclaré premier itinéraire culturel européen), pierre angulaire de ce territoire et lieu d'arrivée de tous les chemins, mérite une attention particulière.

Outre la cathédrale et ses places adjacentes, Saint-Jacques-de-Compostelle renferme une infinité de ressources patrimoniales qui composent le joyau architectural et culturel qu'est aujourd'hui la ville. L'Hostal dos Reis Católicos qui était à l'origine l'hôpital des Rois catholiques, la Colegiata de Sar, le Pazo de Xelmírez, le Convento de San Martiño Pinario, le Convento de San Paio de Antealtares, l'église San Domingos de Bonaval et le Museo do Pobo Galego ou musée du peuple galicien, l'église du Convento de Santa Clara, le Museo de Terra Santa ou musée de la Terre Sainte… et de nouvelles constructions comme le Centro Galego de Arte Contemporánea le centre galicien d'art contemporain, ou la spectaculaire Cidade da Cultura de Galicia, cité de la culture dédiée à la connaissance et à la créativité contemporaine et permettant d'intégrer dans une seule construction de référence mondiale un instrument au service du développement culturel de la Galice.

Ces exemples ne représentent que quelques-unes de ressources touristiques d'une ville ouverte sur le monde. La magnifique richesse du patrimoine de Terras de Santiago transforme cette géodestination en un monde de possibilités pour toutes les personnes s'intéressant au culte et à la culture de saint Jacques, mais aussi à l'architecture civile, aux paysages naturels, à l'architecture fortifiée et aux coutumes et traditions populaires.

Quelques-uns des exemples les plus marquants du patrimoine artistique et des monuments de cette partie de la Galice sont les constructions mégalithiques de Terras de Santiago. Le Dolmen dos Cabaleiros (à Tordoia), aussi connu sous le nom de Casa da Moura, a reçu le titre de monument historique et artistique et témoigne de l'architecture néolithique du nord-ouest de la péninsule.

Parmi le patrimoine religieux de cette partie de la Galice, il est nécessaire de mettre en avant des sanctuaires comme celui de Santa María de Herbón ou l'église Santiago de Padrón où se trouve le Pedrón (autel romain dédié à Neptune sur lequel, d'après la tradition, la barque en pierre qui transportait le corps de l'apôtre saint Jacques aurait été amarrée), mais aussi la grande importance des églises San Vicente à A Baña, Santa María et Sancti Spiritus à Melide, San Antolín à Toques, Santa María de Mezonzo à Vilasantar, Santa María de Lampai à Teo, de l'église Bastavales Bastavales (dont Rosalía de Castro chantait les louanges dans ses poèmes) ou de l'église et des peintures murales de Santa María de Boimorto

Le chemin de Compostelle favorise l'apparition de nombreux éléments liés au patrimoine et à l'histoire du chemin, répandus sur tout ce territoire, comme la fontaine baroque et la chapelle d'O Santiaguiño à Vedra. À Arzúa, les petites pierres portées par les pèlerins étaient rassemblées dans les fours de chaux d'A Castañeda à l'époque de la construction de la basilique de Saint-Jacques-de-Compostelle. Negreira, outre le magnifique Pazo do Cotón ainsi que le paysage singulier d'A Ponte Maceira et de son Pazo de Baladrón, possède le Pazo da Chancela, dont le blason représente le pont qui, détruit, aurait barré le chemin aux persécuteurs des disciples de saint Jacques fuyant le légat romain de Finisterre ; à Brión, le Castro Lupario, camp fortifié dirigé par la reine Lupa et délimité par des murailles ; à Boqueixón, le Pico Sacro, pic sacré lié à la tradition de la Traslatio, à savoir du transport du corps de l'apôtre d'Iria à Compostelle, domine les paysages alentours. Des musées très intéressants se trouvent également dans cette zone, comme la Casa Museo da Matanza à Padrón, où Rosalía de Castro a vécu et est décédée.

Espaces naturels

Terras de Santiago offre également des espaces naturels surprenants comme le système fluvial Ulla-Deza, ainsi que les zones protégées du fleuve Tambre (et une partie de son estuaire) et de la Serra do Careón. La Carballeira de Santa Minia à Brión et le Xardín Botánico ou jardin botanique de Padrón sont d'autres endroits qui mettent en valeur la nature.

Il se peut que certaines données ne soient pas géoréférencées et ne soient donc pas visibles.

Fêtes et gastronomie

Parmi les produits de la zone possédant une indication géographique protégée ou une appellation d'origine, certains méritent d'être mis en avant : la Castaña de Galicia ou châtaigne de Galice ; les Grelos de Galicia ou brocolis-raves de Galice ; la Tarta de Santiago ou gâteau de saint Jacques ; les fromages Queso de Tetilla et Queso de Arzúa-Ulloa ; ainsi que le vin d'appellation d'origine Rías Baixas, même s'il est également produit dans d'autres géodestinations.

En plus d'avoir vu naître de célèbres lettrés comme Rosalía de Castro et le prix Nobel Camilo José Cela et d'être une petite ville de grande importance dans le culte et la culture de saint Jacques, Padrón est connue pour l'un des produits de ses champs : les piments de Padrón, même si l'appellation d'origine protégée de ce produit est Pemento de Herbón, en raison du nom de la paroisse où se situe le couvent de Santo Antonio de Herbón, auquel est liée l'introduction de ce piment venant d'Amérique. Curieusement, le goût des piments n'est pas toujours piquant, cette saveur n'apparaît qu'occasionnellement, d'où la phrase populairement connue : « Les piments de Padrón, certains piquent, d'autres non ».

Concernant les célébrations et événements touristiques les plus importants de cette géodestination, il est indispensable de mentionner les fêtes d'intérêt touristique de Galice : celle de la Filloa à Lestedo, consacrée au plat galicien du même nom ; la Festa do Queixo, la fête du fromage d'Arzúa ; celle du Pemento de Herbón (à Padrón) ; celle de la Trucha d'Oroso, dédiée à la truite ; la Festa do Galo de Piñeiro y Mostra Cabalar de O Pino, la fête du coq de Piñeiro et l'exposition chevaline d'O Pino ; et la seule possédant le titre de fête d'intérêt touristique international : la Festividade del Apóstol Santiago, , la fête de l'apôtre saint Jacques. Pendant le carnaval, les Altos de los Xenerais do Ulla ont lieu dans les communes par lesquelles passe le fleuve.
 

INCONTOURNABLE: Cidade da Cultura de Galicia

Située à Saint-Jacques-de-Compostelle, ville symbolisant la tradition culturelle européenne, et dont la vieille ville a été inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1985, la Cidade da Cultura de Galicia se dresse au sommet du mont Gaiás, tel un formidable point de repère architectural pour le nouveau siècle. Conçue par l'architecte américain Peter Eisenman pour accueillir les meilleures formes d'expression de la culture galicienne, espagnole, européenne, latino-américaine et mondiale, cette nouvelle « ville », inclusive et plurielle, contribuera à relever les défis de la société de l'information et de la connaissance.

Ses bâtiments singuliers, reliés entre eux par des rues et places et dotés d'une technologie de pointe, forment un espace d'excellence dédié à la réflexion, au débat et à l'action pour l'avenir de la Galice et de son expansion internationale. Elle accueille dans ses espaces des services et activités destinés à la sauvegarde du patrimoine et de la mémoire. L'étude, la recherche, l'expérimentation, la production et la diffusion dans les domaines des lettres et de la pensée seront également présents, et une place sera faite à la musique, au théâtre, au cinéma, aux arts visuels, à la création audiovisuelle et à la communication.

En tant que lieu de convergence et de rayonnement international, la ville de la culture de Galice remettra sur le devant de la scène, et au XXIe s., le caractère à la fois voyageur et hospitalier du peuple galicien, en contribuant par la culture à son développement économique et social.

 

Arriba