Un paysage de haute montagne nous accompagnera lors de cette promenade dans la plus haute région de Galice. Marquées par l'isolement et la solitude de sa nature sauvage, ces terres sont capables de nous transporter en des temps où les ermites et les anachorètes s'y cachaient.

Le Castillo del Castro ou château du Castro hébergeait un puissant comte qui avait trois filles d'une grande beauté en âge de se marier. Un autre comte, également riche et noble, lui envoya un messager pour lui demander la main d'une de ses filles. Le comte du Castro reçut les émissaires et lorsque ces derniers firent part des intentions de leur maître, il dit en galicien « Cal de las? » pour demander de laquelle de ses trois filles il s'agissait. C'est ainsi que la population commença à appeler cette région Caldelas.
   Vicente Risco - Légende sur le toponyme de Castro Caldelas

Date des fêtes patronales :
- As Ermidas: 8 septembre et premier dimanche d'octobre

Autres renseignements utiles :
- Museo del Castillo del Bollo (musée de château) : fermé le lundi et le mardi. Contact : +34 988 323 030

 

1er jour

Nous débutons l'itinéraire de cette première journée au cœur de la Ribeira Sacra dans la commune d'Esgos. Parmi les autres merveilles que San Pedro abrite, on trouve son monastère qui créé au VIe siècle, est l'un des plus anciens de Galice, et ses trois chapelles creusées dans la roche. À l'extérieur, vous serez attirés par un clocher unique en son genre situé en haut d'un grand rocher de 14 mètres de haut.

Découvrez également ses tombeaux anthropomorphes, auxquels la pierre, la pluie accumulée et le lichen confèrent une aura magique qui ne vous laissera pas indifférents. À proximité de ces tombes, cherchez la fontaine miraculeuse au sujet de laquelle on dit qu'elle permet de soigner les verrues et même d'atténuer les rides.

Il se peut que certaines données ne soient pas géoréférencées et ne soient donc pas visibles.

Ne manquez pas l'occasion de goûter à son eau et de visiter le Centro de Interpretación da Ribeira Sacra, centre d'interprétation qui se trouve dans cette même enceinte. Ce musée montre à quoi ressemblaient la vie monastique et les traditions les plus ancestrales de la région, les métiers artisanaux et, naturellement, la culture du vin. N'oubliez pas que vous vous trouvez sur les terres des vins d´appellation d'origine Ribeira Sacra, l'une des cinq reconnues en Galice.

Si nous en avons le temps et l'énergie, nous pouvons quitter ce monastère par le Camiño Real de San Pedro, le chemin royal de saint Pierre. Un parcours sur d'anciens sentiers et très bien signalisé au milieu d'une abondante végétation autochtone nous indiquera comment revenir à Esgos. De là, nous prenons la direction de Montederramo, un lieu protégé par de hautes montagnes comme le mont Meda et la Serra de San Mamede, où vous trouverez l'ancien monastère Santa María, construit durant la première moitié du XIIe siècle. Il ne lui reste plus qu'un arc de son origine médiévale, puisqu'il a été totalement restauré à partir du XVIe siècle. Notons à son sujet la légende relatant la relation entre sa construction et celle de l'ermitage sur lequel il a été construit. Elle raconte que ce temple a été réalisé par un frère de la sierra de San Mamede avec la seule aide de deux chevreuils qui lui apportaient les pierres. Ce moine (transformé en statue de pierre) est précisément celui qui surveille l'entrée du temple. Les visites guidées proposées par l'office de tourisme sont l'occasion de découvrir tous les secrets de cet ensemble religieux. L'intérieur abrite deux grands joyaux, le Claustro Procesional, le cloître processionnel, et le joli Claustro de la Hospedaría, le cloître de l'hébergement. Si vous en avez le temps et si vous aimez la nature, prolongez votre séjour à Montederramo d'une journée pour visiter sa forêt de bouleaux sur ses chemins de randonnée.

C'est avec le sentiment d'être observés par l'ermite-gardien d'Esgos que nous quittons malgré nous ce lieu pour rejoindre Castro Caldelas. Nous traverserons ses rues jusqu'au sanctuaire dos Remedios le sanctuaire des remèdes, et son château. Tout d'abord, nous visiterons le temple du XVIe siècle qui nous attend sur la place du village, là où se trouvait l'ancien ermitage du Prado. À l'intérieur, vous pourrez visiter le Museo de Artes Sacras, le musée d'arts sacrés. À l'extérieur, un calvaire abritant l'image de l'apôtre saint Jacques et de la Vierge du Pilar prouve que le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle passait par là, les pèlerins cherchant refuge dans les monastères de la Ribeira Sacra.

Le château a été construit il y a plus de 600 ans sur ordre du seigneur de Castro, après qu'il ait conquis ces terres en ayant combattu aux côtés du Justicier, nom sous lequel le roi de l'époque était connu. Les grands et rugueux murs de ce château nous dirigeront dans notre recherche du passé. Le musée ethnographique qu'il accueille actuellement nous montre l'importance de Castro Caldelas dans l'histoire de la région grâce aux nombreux objets trouvés durant sa restauration : les roches, les métiers à tisser le lin et les outils de labour nous feront revenir quelques instants au Moyen Âge. Cette visite est une expérience unique qui permet d'imaginer à quoi ressemblait la vie à cette époque dans une forteresse comme celle-ci.

Notre voyage continue en direction d'A Pobra de Trives, où nous traverserons le spectaculaire pont romain de la rivière Bibei, de l'époque de l'empereur Trajan, et toujours exploité de nos jours. Ce grand ouvrage d'ingénierie romaine enjambe un dénivelé de presque 23 mètres. La hauteur impressionne surtout lorsqu'on s'approche pour voir la rondeur de ses piliers qui supportent sans bouger les coups assénés par le courant de la rivière. Ne manquez pas l'occasion de déguster une authentique bica mantecada de Trives, un délicieux gâteau artisanal au beurre, typique de la région.

Pour terminer cette première journée, le châtaignier de Pumbariño nous attend immobile sur les terres de Manzaneda. Cet arbre est âgé d'environ mille ans, ce qui en fait indiscutablement la vedette du souto de Rozabales. Pour y parvenir, nous devrons cheminer sur un sentier luxuriant au milieu de châtaigniers centenaires qui nous offrent un abri et beaucoup de tranquilité. En arrivant face au vieux Pumbariño, essayez d'entourer son tronc, dont le contour fait plus de 12 mètres. Vous êtes assurés d'obtenir une belle photo.

2e jour

Nous débuterons la seconde journée de notre itinéraire dans la commune d'O Bolo, dans la province d'Orense, au santuario das Ermidas. Cette imposante construction se trouve en dessous d'un haut rocher situé aux pieds de la rivière Bibei. Ce sanctuaire encaissé entre des terrasses tient son nom des ermites qui cherchaient la solitude dans ce lieu si retiré. La légende raconte comment l'image de Nosa Señora a été découverte par des enfants bergers à l'intérieur d'une grotte où ils s'étaient rendus en raison de l'étrange cri que leurs animaux poussaient chaque fois qu'ils passaient devant.

L'actuel sanctuaire qui l'abrite a été creusé directement dans la roche et a été construit sur l'ancien ermitage. Une des particularités de ce sanctuaire est l'image de la Vierge, protégée au centre du grand autel par plusieurs anges en argent qui dansent et font sonner des clochettes.

Il se peut que certaines données ne soient pas géoréférencées et ne soient donc pas visibles.

Lors de la Semaine sainte, de nombreux fidèles viennent dans ces lieux pour suivre la procession qui retrace le chemin de croix allant du sanctuaire jusqu'à la partie haute du village, tel un souvenir de l'ascension du Monte Calvario. La coutume veut que les processions auxquelles se rendent des milliers de fidèles se terminent par une portion de poulpe « á feira » arrosée de vinappellation d'origine Valdeorras, issu des célèbres caves des environs.

Toujours dans la même région, nous visitons également le castelo do Bolo château du XIIe siècle qui a appartenu aux comtes de Lemos. À moitié détruit après les « Revoltas Irmandiñas », les habitants des alentours s'en sont servis pendant longtemps comme école, comme prison et même comme lieu de fête. Actuellement, il est possible de visiter l'intérieur et de se plonger dans son histoire fascinante.

Pour terminer notre parcours, dans les environs d'O Barco de Valdeorras nous pouvons nous rendre au monastère médiéval de San Miguel de Xagoaza, situé sur une rive de la rivière Mariñán. Ce monastère totalement restauré est ouvert à la visite puisqu'il a été transformé en cave moderne où ont également lieu des activités culturelles. À l'origine, ce monastère était un prieuré des Templiers, mais il s'est converti plus tard à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, ensuite appelé ordre de Malte. En observant attentivement le portail de l'église, vous découvrirez la croix de Malte gravée par les tailleurs et qui témoigne encore aujourd'hui de son passé glorieux.

Dans les paysages de cette région, les vignes sont perchées sur les versants des montagnes, fruit du lent travail des viticulteurs qui, patiemment, transforment les pentes en terrasses cultivées (les « socalcos ») qui attirent le regard des visiteurs. Sur les terres de Valdeorras, on remarque des paysages transformés par l'homme et les vignes qui y poussent, plus que des plantes, sont des joyaux de la nature entretenus avec art et tendresse.
 

 

Arriba