Une proposition pour vivre Saint-Jacques d’une manière différente après avoir fait le Chemin. Entourés de vieilles pierres, vous dégusterez l’essence de la cuisine galicienne, vous connaîtrez les coins les plus authentiques et vous détendrez le corps et l’esprit dans un spa urbain.

Nous vous proposons une expérience qui vous liera à la ville de manière profonde, joyeuse et amusante, pour ensuite reposer le corps et l’esprit et laisser derrière vous la fatigue du pèlerinage.

Le dernier jour du Chemin de Saint-Jacques mérite une place spéciale dans votre mémoire, alors que vous arrivez à la ville de l’apôtre chargés d’émotions. Nous vous proposons une expérience qui vous liera à la ville de manière profonde, joyeuse et amusante, pour ensuite reposer le corps et l’esprit et laisser derrière vous la fatigue du pèlerinage.

Pour en savoir plus... 

-Office du Pèlerin (Saint-Jacques). www.peregrinossantiago.es
-Cathédrale de Saint-Jacques. www.catedraldesantiago.es 

1º jour

De la pierre, de la cuisine et le pouvoir relaxant de l’eau

La place do Obradoiro, point final de tous les chemins
Au fur et à mesure que vous entrez dans Compostelle par le tronçon urbain du Chemin de Saint-Jacques, il est inévitable de sentir grandir l’émotion jusqu’à atteindre la place do Obradoiro. C’est la récompense à tous les efforts réalisés au cours du pèlerinage.

Il se peut que certaines données ne soient pas géoréférencées et ne soient donc pas visibles.

Au centre de la place se trouve indiqué le kilomètre zéro, lieu d’arrivée de tous les chemins, par une plaque taillée sur le sol et où vous pourrez lire la déclaration de premier itinéraire culturel européen faite par le Conseil de l’Europe en 1987. C’est en ce point que convergent tous les couloirs qui, sous forme d’étoile, couvrent le pavement de l’Obradoiro.

La majesté de la cathédrale et des édifices qui l’entourent
D’ici, vous serez saisi par la beauté de la façade de la cathédrale, hissée ver le ciel par ses tours baroques, avec la grandeur de tous les édifices qui l’entourent. À gauche se trouve l’Hostal dos Reis Católicos, ancien hôpital de pèlerins et actuellement Parador ; derrière vous se trouve le Pazo de Raxoi, siège de la mairie et de la présidence de la Xunta de Galicia ; et à droite le Pazo de San Xerome, siège de la présidence de l’université de Saint-Jacques de Compostelle : baroque, gothique de transition, néoclassique et renaissance. Et ils cohabitent tous dans l’harmonie procurée par le granit. Également, ils sont tous unis par la figure omniprésente de l’apôtre Jacques, sous différentes représentations : Santiago Matamoros, le guerrier sur son cheval, en tant que pèlerin, marchant avec coquille Saint-Jacques et bourdon, et comme apôtre.

À l’Office du Pèlerin vous recevrez la “Compostelle” Nous vous conseillons de faire la visite à l’intérieur de la cathédrale à midi, lorsque commence la messe du pèlerin. Auparavant, vous pouvez vous rendre à l’Office du Pèlerin pour laisser votre sac à dos à la consigne et pouvoir ainsi vous déplacer plus facilement dans la ville.
Vous pourrez également faire timbrer votre carnet officiel de pèlerin, qui vous sert en plus pour obtenir des remises dans certains des endroits que vous visiterez ainsi que pour demander le certificat traditionnel du pèlerinage – la « Compostelle » - d’origine médiévale. Elle est accordée à ceux qui ont parcouru à pied ou à cheval les 100 derniers kilomètres du Chemin ou 200 kilomètres à vélo, et déclarer que vous avez fait le Chemin au moins pour des raisons spirituelles. L’Office est situé près de l’Obradoiro, dans la rue do Vilar, annexe à la place de Praterías.


C’est dans cette même rue que se trouve l’Office municipal du tourisme. Il est peut-être intéressant de vous y rendre pour acquérir un audioguide de la ville, ce qui vous permettra de profiter de l’après-midi pour la parcourir à votre rythme.

La magie du botafumeiro dans la cathédrale
Si votre arrivée coïncide avec une date liturgique signalée, vous aurez la chance de vivre une expérience unique et émouvante : le vol pendulaire du botafumeiro (encensoir). En dehors de ces dates, vous pouvez le demander à l’avance contre paiement d’une somme d’argent. Huit hommes, les tiraboleiros, tirent fortement et avec précision d’une grosse corde de laquelle est suspendu cet énorme encensoir pour le faire voler et qu’il arrive à frôler la voûte du transept, pendant que la fumée d’encens imprègne l’ambiance de magie et d’une odeur particulière.


Tenez en compte que dans la cathédrale il est permis de prendre des photos et des vidéos dans les espaces de libre accès, mais sans flash ni trépied. Outre l’œuvre la plus universelle du temple, la Porte da Gloria, l’intérieur renferme une grande richesse artistique que vous découvrirez peu à peu. La tradition veut que vous montiez jusqu’à la niche du maître autel et que vous donniez une accolade à la statue de l’apôtre. Il faut ensuite descendre à la crypte, où se trouvent les reliques que la tradition attribue à Saint-Jacques et qui sont conservées dans une urne en argent repoussé.

Des plats de la meilleure cuisine arrosés de vin galicien
Si le moment où vous quittez la cathédrale coïncide avec l’heure du déjeuner, vous pouvez vous rendre à la rue do Franco ou la rue A Raíña. Les deux sont bordées de nombreux restaurants où vous trouverez toujours les rations typiques galiciennes de poulpe á feira, tourte, raxo (longe de porc), oreille, viande ao caldeiro (ragoût), sardines, xoubas (anchois) et poivrons de Padrón -en saison-, ainsi que les moules, coques et toutes sortes de fruits de mer. Vous pourrez accompagner ces plats d’un vin galicien d’une des cinq appellations d’origine. Au dessert, vous pouvez goûter la tarte de Santiago et les filloas (crêpes).

Les endroits les plus authentiques
Après le repas, parcourez à votre rythme les rues qui entourent la cathédrale et les principaux points de la vieille ville de Saint-Jacques. À l’aide de l’audioguide vous connaîtrez la signification de ces endroits pour les habitants de la ville. Ce sont des lieux très attrayants du point de vue artistique et touristique, mais ils sont surtout très autochtones.

Près de la cathédrale, sur le côté du Pazo de San Xerome qui donne sur la rue Fonseca, vous pouvez réaliser le rituel que font tous les étudiants qui arrivent à Saint-Jacques pour la première fois, devant « l’arbre de la science ». Il s’agit de montrer du doigt, le dos tourné vers l’arbre, l’une de ses branches de connaissance. Il faut ensuite se retourner et, en regardant l’arbre, vous découvrirez pour quelle discipline des arts, des lettres ou des sciences vous êtes le plus doué, selon les desseins de l’arbre.

Une chapellerie âgée d’un siècle
Ensuite, vous pouvez vous balader dans la rue do Vilar, située dans le centre et très fréquentée, où se trouvait le Ciné Yago. C’est ici que la société Lumière projetait les premiers films et qu’avaient lieu les spectacles de variétés. On y trouve également l’un des magasins les plus anciens de Saint-Jacques, une jolie chapellerie âgée d’un siècle, qui garde toujours la touche authentique de l’époque.

Il y a dans l’Alameda
un banc en demi-cercle
avec une acoustique spéciale,

utilisé par les amoureux
depuis le XIXe siècle

Ensuite, vos pas vous conduiront à l’Alameda. Ici, vous aurez l’une des plus belles vues de la ville. Vous aurez en plus l’occasion de tester l’acoustique particulière d’un banc en demi-cercle situé à côté du kiosque à musique, ainsi que le faisaient les amoureux au dix-neuvième siècle en se disant des mots d’amour à distance comme s’ils les chuchotaient à l’oreille.

Détendre le corps et l’esprit dans un spa urbain
Après avoir parcouru cette ville patrimoine de l’humanité, nous vous proposons de consacrer le reste de l’après-midi au relax. Il y a à Saint-Jacques plusieurs spas urbains, qui tiennent en compte la caractéristique de Compostelle comme lieu de pèlerinage. Certains disposent de programmes conçus particulièrement pour soulager la fatigue du Chemin. Le but étant de détendre le corps et l’esprit et de réduire d’éventuelles douleurs musculaires et articulaires, à base de parcours thermaux et de massages.

Viandes, poissons et fruits de mer
Une fois remis en état, il est temps de chercher un endroit pour dîner, avant de rentrer se reposer à l’auberge. Dans la vieille ville, vous trouverez, côte à côte, des restaurants chics et d’auteur et des bistrots, des tavernes traditionnelles et des locaux à fruits de mer. Toutes les options sont permises : prendre des tapas et du vin ou bien se décanter pour des plats plus élaborés, comme le poisson en caldeirada (matelote de poisson) ou les fruits de mer à la vapeur et au grill, sans oublier la viande de veau de Galice.

2º jour

Une promenade spéciale sur le toit de la cathédrale

Après le petit déjeuner, nous vous recommandons de dire au revoir à Saint-Jacques avec une vue surprenante de la ville à vol d’oiseau, grâce à une visite programmée sur les toits de la cathédrale. Une expérience unique au cours de laquelle vous allez parcourir, accompagnés d’un guide, les salles du Pazo de Xelmírez, joyau du roman civil.

Il se peut que certaines données ne soient pas géoréférencées et ne soient donc pas visibles.
Ensuite, vous pourrez monter et vous balader sur le toit de granit qui couvre les nefs et vous verrez de près les tours qui donnent sur l’Obradoiro, ainsi que la Berenguela, l’horloge qui marque les heures dans la ville. El la Croix dos farrapos, amenée ici de son emplacement original et où les pèlerins, au temps jadis, laissaient leurs vieux vêtements pour que le chapitre leur en donne des neufs.

À l’époque,
la hauteur des cheminées indiquait si les maisons étaient riches ou modestes.

Vous pouvez également regarder à l’intérieur de la cathédrale à travers les rosaces qui donnent au sud et au nord et, avec un peu de chance, voir “voler” le botafumeiro.

Cette promenade vous offrira une perspective entièrement neuve des places qui entourent le complexe de la cathédrale et des toits des édifices qui forment le centre historique de la ville, des plus imposants de San Martiño ou San Paio de Antealtares aux habitations les plus modestes, mais pas moins riches. Les cheminées, que vous verrez partout, étaient une indication de la richesse de la maison : plus la cheminée était grande, plus la cuisine était spacieuse et donc ses habitants étaient mieux alimentés.

Outre ce paysage urbain, les toitures permettent de voir plus loin : la verdure et les montagnes qui entourent Compostelle, comme O Pedroso, un magnifique mirador naturel de la région, facile à atteindre à pied de la cathédrale.

Arriba